Les nuages moléculaires, un lieu pour la formation de molécules et de futures étoiles

Jeudi, 26 novembre 2009

La nébuleuse de la Tête de Cheval se situe à 1 400 années-lumière de nous. Ce nuage de poussière et de gaz fait partie d'un grand nuage moléculaire, le nuage de Barnard. La couleur rouge entourant la Tête de Cheval est due à l'émission de l'hydrogène ionisé. Des molécules d'hydrocarbures ont été découvertes dans la crinière de la Tête de Cheval avec le radiotélescope de 30 m de l'IRAM. Elles pourraient provenir de la décomposition, par le rayonnement interstellaire, de molécules beaucoup plus grosses. L'analyse des nuages moléculaires est importante, d'une part pour mieux comprendre la chimie organique du milieu interstellaire, d'autre part pour mieux comprendre la formation des étoiles.

A gauche, la nébuleuse de la Tête de Cheval observée avec l’un des télescopes de 8 mètres de diamètre du Very Large Telescope de l’European Southern Observatory au Chili. © FORS2/VLT – ESO. A droite, la Tête de Cheval vue dans le domaine de longueur d’onde radio millimétrique. Cette image a été obtenue avec le radiotélescope de 30 m de diamètre de l’Institut de Radioastronomie Millimétrique (IRAM : CNRS, MPG, IGN) installé au sommet du Pico Veleta en Espagne, près de Grenade. La répartition et la densité du gaz moléculaire dans la nébuleuse y sont détectées. L’image de la Tête de Cheval dans le domaine millimétrique ressemble plutôt à celle d’un hippocampe. © IRAM. INSU-CNRS, MPG, IGN.