L’essentiel sur HyMeX

Conférence de presse

Lancé en 2010, le programme HyMeX se poursuivra jusqu’en 2020. Il cherche à améliorer la compréhension et la modélisation du cycle de l'eau en Méditerranée, avec un intérêt particulier pour les évènements hydrométéorologiques intenses qui touchent le pourtour méditerranéen.

Pour progresser sur ces questions, la stratégie d’HyMeX est d’observer et de modéliser le système atmosphère / mer / surfaces continentales ainsi que sa variabilité à des échelles de temps allant de quelques heures à plusieurs années.

Chiffres-clés

  • Programme sur 10 ans
  • Plus de 400 scientifiques (chercheurs, ingénieurs, techniciens) dont 300 sur le terrain
  • Une vingtaine de pays
  • Financement (2010-2014) : plus de 8 millions d’euros (dont 2 millions d'euros financés par le programme MISTRALS depuis 2010
  • Contribution française en personnel (2010-2014) : environ 22 millions d’euros
  • Près de 200 instruments déployés pendant la campagne intensive d’automne
  • 11 modèles climatiques couplés utilisés pour effectuer des simulations climatiques régionales
  • 25 modèles atmosphériques, hydrologiques ou océaniques fournissant des prévisions pour la réalisation de la campagne intensive d’automne

Une stratégie d'observations multi-échelles…

Le programme HyMeX repose sur un vaste volet d’observations simultanées de l’atmosphère, de la mer et des surfaces continentales, qui se décline en trois phases :

  • Une longue période d’observation (LOP) sur tout le bassin méditerranéen, qui a débuté en 2010 et se poursuivra jusqu’en 2020. Elle vise à étudier la variabilité saisonnière et annuelle des évènements hydrométéorologiques et à réaliser des bilans sur le transport et les transformations (évaporation, condensation) de l'eau. Les données des réseaux opérationnels d'observation et des observatoires de recherche existants répartis sur tout le bassin sont collectées et mises à disposition des scientifiques. Des mesures sont aussi effectuées régulièrement afin d'assurer un suivi sur les dix ans des caractéristiques de la mer Méditerranée et des surfaces continentales (végétation, débits…).
  • Une période d'observations renforcées (EOP) dans trois régions (bassin nord-occidental, bassin sud-oriental, mer Adriatique). Elle consiste à renforcer par des mesures spécifiques les réseaux opérationnels et de recherche existants. Par exemple, des observations sont effectuées depuis des navires marchands et des bassins versants sont instrumentés (notamment sur le Gard et l’Ardèche). L’objectif est d’étudier le bilan d’eau et certains processus couplés atmosphère / mer / surfaces continentales susceptibles de jouer un rôle important dans la formation de phénomènes hydrométéorologiques extrêmes. Ces observations sont collectées depuis septembre 2011 et se poursuivront jusqu’en août 2015, avec un renfort de moyens déployés de septembre 2012 à novembre 2013.
  • Enfin, le cœur du dispositif HyMeX : deux périodes d'observations spéciales (SOP) dans le bassin nord-occidental de plusieurs semaines chacune. Cette zone présente l’avantage de regrouper la majorité des objets d’étude d’HyMeX : pluies intenses et crues rapides (fréquentes sur les Cévennes mais susceptibles d’affecter toutes les régions de l’arc méditerranéen), vents forts et convection océanique (golfe du Lion), grand fleuve (Rhône) et rivières coulant par intermittence (nombreuses notamment dans les Cévennes), etc. Ces deux campagnes sont dédiées essentiellement à des études de processus qui requièrent le déploiement d'instruments de recherche spécifiques, embarqués à bord d'avions, de bateaux, de ballons, etc. La première, organisée du 5 septembre au 6 novembre 2012, s’intéressera aux évènements de pluies intenses et aux crues rapides. La seconde, prévue du 1er février au 15 mars 2013, sera axée sur la formation d'eaux denses dans le Golfe du Lion sous l'effet des vents régionaux comme le mistral et la tramontane.


Carte du bassin méditerranéen. © CNRS, Philippe Drobinski

… pour mieux prévoir les épisodes hydrométéorologiques extrêmes et mieux les modéliser

Une des originalités d’HyMeX est de s’intéresser simultanément à l’atmosphère, à la mer et aux surfaces continentales. Les données récoltées pendant les différentes périodes de mesures seront utilisées pour affiner la représentation des processus couplés aussi bien dans les modèles de prévision du temps que dans les modèles climatiques régionaux et pour les valider. Améliorer cette représentation est indispensable pour mieux prévoir les évènements hydrométéorologiques extrêmes et l’évolution du cycle de l’eau aux échelles saisonnières, annuelles et décennales, dans le cadre du changement climatique.

La campagne de l’automne 2012 sera l'occasion d’évaluer la pertinence d’utiliser dans les modèles de nouvelles données, issues d’instruments de recherche comme les lidars(1) ou des réseaux opérationnels radar (par exemple, des données qui permettent de distinguer la grêle de la pluie ou de la neige). Les scientifiques s’intéresseront plus particulièrement aux zones où les observations intégrées dans les modèles sont actuellement moins nombreuses : la mer ainsi que les zones nuageuses et précipitantes.

De nouvelles simulations climatiques régionalisées (résolution 50 km ou plus fine), tenant compte des interactions atmosphère / mer / surfaces continentales, seront réalisées à partir des simulations globales (résolution typique de 200 ou 300 km) remises au GIEC en février 2012. Les simulations régionalisées sont essentielles pour étudier les impacts du changement climatique à l’échelle locale et construire des stratégies d’adaptation. Dans le cadre d’HyMeX, elles seront utilisées pour estimer plus finement l’évolution des débits extrêmes (crues, étiage(2)) en Méditerranée et des ressources en eau à l’échelle régionale. Elles seront aussi mises à disposition de la communauté scientifique pour des études d’impact et d’adaptation, notamment des écosystèmes marins et terrestres.

Cette première période d'observations intensives (SOP) constituera aussi un banc d'essais pour de futurs systèmes de prévision, comme le système de prévision d’ensemble Arome de Météo-France. Météo-France utilise pour ses prévisions deux techniques, la prévision déterministe et la prévision d’ensemble. La prévision déterministe consiste à établir, à partir des observations, une simulation numérique des conditions météorologiques à venir. Mais les observations et le modèle ne sont pas parfaits (erreurs de mesure, zones sans données, hypothèses de modélisation...). La prévision d’ensemble permet de tenir compte de ces imperfections. Le temps prévu n’est plus décrit par une seule simulation, mais par plusieurs. Au lieu d’un seul scénario obtenu avec la prévision déterministe, les prévisionnistes disposent donc d’une palette de scénarios possibles. Aujourd’hui, Météo-France réalise des prévisions déterministes avec ses trois modèles Arpège, Aladin et Arome (voir encart), et des prévisions d’ensemble uniquement avec Arpège. À l'horizon de 2015, le prévisionniste devrait disposer aussi de prévisions d'ensemble avec le modèle Arome, dont la maille est beaucoup plus fine. La campagne HyMeX permettra de tester et d’évaluer l’apport de cette version d’Arome pour la prévision des évènements de pluie intense, notamment en termes de localisation et d’évaluation de l’intensité des phénomènes. Les prévisions d’ensemble Arome alimenteront également les modèles hydrologiques afin d’estimer leur apport pour prévoir des crues sur les bassins des Cévennes et du Var.

En savoir plus sur les modèles de prévision

Un modèle de prévision est un logiciel qui simule l’évolution de l’atmosphère qu’il découpe en "mailles" plus ou moins larges sur une portion du globe donnée. Il permet d’effectuer des prévisions sur le temps qu’il fera dans les jours à venir. Pour les échéances plus longues (mois, saison, année future), les variations des océans, des fleuves, des nappes phréatiques, de la végétation, des gaz et des poussières ont des influences non négligeables sur l’atmosphère : il faut en tenir compte dans les modèles. Les systèmes de modélisation du climat sont ainsi constitués de plusieurs modèles (atmosphériques, océaniques, modèles de banquise…) couplés.

Météo-France dispose de trois modèles imbriqués les uns dans les autres :

  • Arpège, qui couvre le globe entier. Il se décline en une version climat (résolution d’environ 100 km) et une version prévision (maille plus ou moins fine selon la zone, 10 km sur la France à 60 km sur le Pacifique Sud)
  • Aladin, utilisé pour la prévision en Outre-Mer et les simulations climatiques régionales avec des mailles d’une dizaine de kilomètres
  • Arome, utilisé pour la prévision, qui couvre la France métropolitaine avec une maille de 2,5 km

… pour mieux connaître les facteurs de vulnérabilité et construire des stratégies d'adaptation au changement climatique

Dans le cadre du programme d’observation à long terme (LOP), des retours d’expériences hydrologiques et sociologiques seront conduits au moins une fois par an après un évènement de crue majeure. Les études menées lors des années passées ont concerné la crue du Var en juin 2010 et les inondations dans la région de Cinque Terre en Italie en octobre 2011.
Les retours d’expériences hydrologiques reposent sur des enquêtes de terrain après l’évènement (laisses de crue(3), témoignages…) couplées à de la modélisation hydrologique pour estimer de façon détaillée la hauteur et le débit du cours d’eau en crue.
Ces informations sont essentielles pour mener les retours d’expérience sociologiques qui, sur la base d’entretiens, visent à analyser le comportement des individus, leur mobilité routière lors des épisodes intenses et la chaîne d’alerte en situation de crue. Il s’agit d’établir des diagnostics de vulnérabilité et d’adaptabilité des populations et des territoires aux perturbations hydrométéorologiques.

Retour au sommaire

 

Note(s): 
  1. Le lidar  (LIght detection and ranging) est un appareil de télédétection qui émet des ondes laser et enregistre le signal retour de ces impulsions.
  2. Niveau le plus bas du débit d’un cours d’eau
  3. Traces laissées par le niveau des eaux les plus hautes en cas de crue