Droit vers le fond

Journal de bord en direct de la campagne GraviLuck CNRS-Ifremer 2006

Mardi, 15 Août 2006

Météo nuit : Roulis prononcé sur houle de NE. Bonne visibilité.

Préparation du profileur microstructure par (de gauche à droite) Andreas Thurnherr, Eric Howarth et Louis St. Laurent. © Campagne GraviLuck CNRS-Ifremer 2006. Photo G.Duveau.

Ce soir vers 19h, le Nautile vient d'être récupéré. C'est maintenant au tour du profileur microstructure de la Florida State University (USA) de descendre tout droit vers le fond. Il va effectuer, en autonomie, un aller-retour le long d'une ligne verticale de 2000 m, en mesurant la température et les cisaillements verticaux des vitesses dans la colonne d'eau à très haute fréquence (512 mesures par seconde) ainsi que la pression et la salinité. Cet instrument, concu pour une descente la plus stable possible, est long de 2,5 m pour un poids dans l'air de 170 kg. La partie inférieure comprend les capteurs, la partie médiane toute l'électronique et la partie supérieure, plus large, est un flotteur contenant des billes de verre et de l'air, de facon à ce que la flottabilité ne soit pas modifiée par les variations de pression. Louis St. Laurent, Eric Howarth et Andreas Thurnherr finissent les derniers préparatifs et, avec le service pont de l'Atalante, mettent en place l'instrument pour sa mise à l'eau.

Nous sommes en station dans 5 minutes, nous informe la passerelle. On doit le redémarrer, dit Louis, sinon il remontera trop tôt. En effet la remontée peut être déclenchée par des mécanismes différents : un capteur de pression envoie un signal quand la profondeur voulue pour le profil est atteinte, et il y a une minuterie par mesure de sécurité. Le temps de relancer la séquence de redémarrage qui remet la minuterie à zéro, l'Atalante se place en position stationnaire. Le profileur microstructure est mis à l'eau et commence sa lente descente vers le fond, freiné par des "balais" latéraux. Sur son carnet scientifique, Andreas consigne la date, l'heure et la position de l'opération.


Mise à l'eau du profileur microstructure avec l'équipe pont (à droite : F.X. Inizan). © Campagne GraviLuck CNRS-Ifremer 2006. Photo G.Duveau.


Le profileur microstructure commence sa descente de 2000 m. © Campagne GraviLuck CNRS-Ifremer 2006. Photo G.Duveau.

Une heure plus tard le mécanisme de remontée se déclenche : deux cylindres de plomb, fixés sur les côtés, se détachent et par la poussée d'Archimède, le profileur microstructure remonte, "balais" rétractés.


Arrivé à la profondeur voulue le profileur microstructure lâche deux cylindres de plomb et entame sa remontée. © Campagne GraviLuck CNRS-Ifremer 2006. Photo G.Duveau.

La remontée à la surface prend le même temps que la descente. Puis la passerelle détecte au goniomètre le signal émis par l'antenne de l'instrument, et l'Atalante prend le cap indiqué. 200 m plus loin, nous nous rapprochons d'un flash de lumière au-dessus de l'eau et bientôt Eric saisit une longue perche avec laquelle il vient fixer une ligne sur l'instrument. C'est la fin du voyage vertical du profileur microstructure et c'est le début de la récolte des données, aussitôt transférées sur ordinateur.

En bref
Jour Nuit
  • Plongée Nautile n°8 : suite de l'installation du réseau de repères géodésiques
  • Bouée GPS
  • Baby CTD
  • CTD + LADCP
  • Profileur microstructure