Figure : Evolution de l’énergie d’ionisation avec la taille des agrégats de pyrène (C16H10). Les valeurs expérimentales (courbe noire) sont comparées aux résultats des simulations moléculaires (courbes en couleur). Le potentiel d’ionisation vertical (courbe verte) a été calculé pour les isomères de plus basse énergie représentés ici pour 5, 6 et 7 molécules. Dans ces structures, les molécules en vert sont celles qui portent la charge lors de l’ionisation. A température finie, typiquement 100-200 K dans l’expérience, il faut tenir compte dans les simulations du peuplement thermique des différents isomères, ce qui permet d’obtenir les courbes rouges et bleues en très bon accord avec la courbe expérimentale.