Figure 1. Déformation pré-sismique et contenu fréquentiel des séismes précurseurs sur une période de quatre ans avant le méga-thrust du 1er avril 2014 dans le nord du Chili. En haut à droite: Carte de la sismicité: épicentres des séismes précurseurs colorés en fonction de leur période d’occurrence. Les étoiles noires et roses indiquent les épicentres du séisme principal de Mw8.1 et du plus gros foreshock de Mw6.7. La distribution de glissement du séisme principal de Mw8.1 est représentée par des contours tous les 1 mètre. Les triangles indiquent l'emplacement des stations GPS, les triangles rouges étant les stations dont les séries temporelles sont représentées à gauche. En haut à gauche: Séries temporelles aplaties des stations GPS côtières, projetées dans la direction normale à la fosse, et triées par latitude. Les couleurs montrent la variation des vitesses GPS moyennes calculées dans des fenêtres glissantes de 6 mois. Centre gauche: Evolution de la fréquence des séismes précurseurs sur l'interface. Les lignes indiquent les valeurs moyennes des résidus normalisés, calculées pour chaque période de temps par rapport au modèle de GMPE d'Abrahamson et al. [2015], à hautes (rouge - jaune) et basses (violet - bleu) fréquences. L'écart-type du modèle est représenté par des ombrages de couleurs, tandis que les points indiquent les résidus pour chaque séisme. En bas à gauche: Activité sismique au cours du temps (points), colorés en fonction de leur période d’occurrence. La courbe bleue montre le nombre cumulatif de séismes. Les lignes verticales rouges, bleues et jaunes séparent les 3 périodes pré-sismiques et représentent respectivement le séisme principal de Mw8.1 du 1er avril 2014, le gros foreshock de Mw6.7 du 16 mars 2014 qui est suivi d'une forte augmentation du taux de sismicité deux semaines avant le choc principal, et l'essaim sismique de juillet 2013. / Crédits: Jesus Piña Valdes / Jorge Jara / Anne Socquet