L'Extremely Large Telescope européen

Du 27 novembre au 1er décembre 2006, les astrophysiciens du monde entier se sont réunis à Marseille lors du colloque "Towards the european extremely large telescope (E-ELT)", afin de discuter de la mise en place du futur ELT européen. Ce colloque était organisé par l'ESO (Organisation européenne pour les recherches astronomiques dans l'hémisphère austral), le Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (CNRS/Université Aix-Marseille1), le programme de recherche OPTICON de la Commission européenne et l'association PopSud. Son objectif est de préparer le lancement officiel du projet européen d'ELT, qui déclencherait la pré-selection des sites d'implantation possibles, les études pour arrêter des choix technologiques et qui fixerait les échéances. Le début de la construction pourrait être prévu en 2010, pour une entrée en fonctionnement en 2017.

Un des projets ELT étudié par l'Europe. © ESO.

Les Extremely large telescopes (ELT), d'un diamètre de 30 à 60 mètres, seront les successeurs indispensables des télescopes dans la classe des 8 à 10 m, comme le vaisseau amiral de l'astronomie européenne, le Very large telescope (VLT) de l'ESO. Les astrophysiciens européens souhaitent construire un ELT rapidement, afin de rester dans la compétition avec les Etats-Unis et de repousser les limites de l'Univers observable. Notamment pour apporter des réponses sur deux sujets phares : l'évolution de l'Univers et la pluralité des mondes : les planètes extra-solaires. Les français, et l'INSU-CNRS en particulier, soutiennent très fortement les actions de recherche et développement en faveur des ELT.