L'exploration de l'Univers numérique avec l'Astrophysical Virtual Observatory européen

- communiqué de presse

Mercredi, 5 décembre 2001

Un nouveau projet européen, l'AVO, va permettre aux astronomes de relier entre elles les banques de données numériques, données obtenues avec les moyens européens d'observation au sol et dans l'espace. Grâce à AVO, l'accès à ces informations multilongueurs d'onde sera réalisé, donnant ainsi un nouvel essor à la recherche astronomique européenne. Soutenu par la Commission européenne de la recherche, ce projet est conduit par l'ESO avec comme partenaires : le Space European Coordinating Facility de l'Agence spatiale européenne, le consortium Astrogrid de Grande-Bretagne, le Centre de Données astronomiques de Strasbourg (CNRS - Université Louis Pasteur), le centre de données Terapix de l'Institut d'Astrophysique de Paris (CNRS) et la Victoria University of Manchester en Angleterre.


Vue conceptuelle du réseau de l'observatoire virtuel européen. © ESO.
Les observatoires modernes, qu'ils soient au sol ou dans l'espace, fournissent un nombre impressionnant de données d'observation. Des centaines de terabits correspondant à plusieurs milliers de milliards de pixels(1) s'accumulent à un débit qui s'accélère chaque année. Ces informations, stockées sous forme numérique dans des banques de données, permettent désormais de reconstruire le ciel d'une facon virtuelle et constituent une base de travail fantastique pour les chercheurs. Mais l'accès en ligne à des terabits d'informations disséminés dans les observatoires du monde entier, ainsi que leur exploitation scientifique, demandent des moyens technologiques et des outils de recherche et d'analyse rapides et simples d'emploi. L'objectif d'Astrophysical Virtual Observatory (AVO) est d'exploiter ces banques de données en utilisant les plus récents moyens en informatique, en stockage et en techniques d'analyse. Ces données seront mises à la disposition des astronomes professionnels et amateurs ainsi que des étudiants.

Une vue de la nébuleuse du Crabe dans Aladin, base de données astronomiques du Centre de Données astronomiques de Strasbourg : composition colorée de trois images du Dss, contours, liste des observations effectuées par ISO, XMM-Newton, INT, CFHT, HST, Chandra, ainsi que les objets des catalogues IRAS et 2Mass. Le financement d'une partie du développement provient d'AVO et l'ACI GRID. © CDS. CNRS. INSU. AVO sera un observatoire virtuel pour les astronomes européens. Ce projet, qui nécessitera environ trois années d'études et de mise au point, permettra d'accéder aux informations accumulées dans les nombreuses banques de données des moyens d'observation européens. Equipé de moyens informatiques et de logiciels de traitement des données, AVO mettra à la disposition des chercheurs, via internet, l'ensemble de ces observations permettant ainsi le développement de nouveaux programmes de recherche multilongueurs d'onde.

Le projet AVO, soumis à l'Union européenne, a recu de la part du Research and Technological Development européen un soutien de 4 millions d'euros. AVO est piloté par l'European Southern Observatory. Le CNRS est partenaire de ce projet par l'intermédiaire du CDS (CNRS - Université Louis Pasteur) et du centre de données TERAPIX de l'Institut d'Astrophysique de Paris (CNRS). Le CDS collecte, identifie, analyse et archive les données sur les objets astronomiques et la bibliographie afférente. Interrogeable en ligne, sa banque de données Simbad est une référence mondiale. Dans le projet AVO, le CDS est chargé du développement des services permettant l'accès et l'utilisation conjointe des archives (interopérabilité). Terapix est destiné à exploiter les données qui seront fournies par la caméra CCD Megacam qui sera prochainement installée au foyer du télescope de 3,6 m de diamètre Canada-France-Hawaii.

Un projet similaire, le National Virtual Observatory (NVO) est en cours de développement aux Etats-Unis. L'équipe de l'Astrophysical Virtual Observatory est en contact étroit avec celle du NVO avec pour objectif la conception d'un observatoire virtuel global.

Note(s): 
  1. pixel : le plus petit élément d'une image.

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.