La subduction

La plaque supérieure présente selon les subductions des caractéristiques différentes. D'après les spécialistes, environ la moitié des marges actives croîtraient par accrétion tectonique, à la fois par accumulation de sédiments au front de la marge, dans la fosse, et par sous-plaquage de sédiments ou de lames de croûte sous la marge.

L'autre moitié des marges actives seraient, au contraire, soumise à une érosion par fracturation hydraulique de la "semelle" de la marge, voire dans les cas extrêmes par effondrement du front de la marge. Dans les deux cas, l'érosion tectonique s'accompagne d'une subsidence de la marge maximale près de la fosse et très souvent d'un recul de l'arc volcanique.

Par ailleurs le régime tectonique de la plaque supérieure, s'il est le plus souvent en compression, peut également être en extension avec des failles normales plongeant vers le continent ou vers l'océan.

Enfin, on peut également noter la présence de failles décrochantes parallèles à la fosse, notamment lorsque la subduction est oblique par rapport au rivage. Ces failles permettent le déplacement latéral de lanières de marges, parfois sur de grandes distances, comme par exemple le long de la côte ouest de l'Amérique du Nord, dans l'archipel philippin ou encore au niveau de l'île de Sumatra.