MOSAIC, le spectrographe multi-objets (MOS) de l'European Extremely Large Telescope (E-ELT)

Vendredi, 18 mars 2016

Le contrat pour l'étude de la phase-A a été signé par l'Observatoire Européen Austral et le consortium MOSAIC. Le MOS sera un des instruments de première génération qui équipera le télescope E-ELT de 39 mètres. Combiné à la sensibilité sans précédent de l'E-ELT, MOSAIC sera l'instrument le plus performant au monde pour l'étude du halo de la Voie lactée et de ses satellites, pour l'analyse détaillée des populations stellaires dans les galaxies proches, et jusqu'aux observations des premières structures de l'Univers dans sa période de ré-ionisation.

Le contrat a été signé par l'ESO, et par le CNRS/INSU, institut responsable du consortium le 18 mars 2016, durant la réunion  de démarrage à l'Observatoire de Paris, en présence de l'équipe (*) conduite par François Hammer. Le consortium comprend cinq pays moteurs (France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Brésil et Allemagne) et six partenaires associés (Finlande, Suède, Espagne, Italie, Autriche et Portugal).

L'instrument, alliant de grandes possibilités multiplexes et une haute résolution spatiale, résoudra de nombreuses questions d'astronomie et de cosmologie. Il étudiera quand et comment les premières  galaxies se sont formées, et comment elles ont fusionné pour former de grandes galaxies, telles que la Voie lactée. Il étudiera également la distribution et l’évolution de la matière lumineuse et de la matière noire à toutes les échelles spatiales. Il apportera de nouvelles informations sur la physique des galaxies au-delà du Groupe local, ainsi que sur le centre galactique, la formation et l'évolution des planètes extrasolaires.


Figure 1 - Vue de l'instrument MOSAIC (en haut à droite) tel qu’il serait implémenté dans le futur télescope E-ELT. Le fond représente les nombreuses galaxies faibles que l’instrument pourra observer par centaines à la fois. Crédits : NASA (fond de galaxies), ESO (dessin du télescope) & Consortium MOSAIC (dessin de l’instrument).

Note(s): 

(*) L'équipe comprend Pascal Jagourel (Observatoire de Paris), Chris Evans (UK-ATC, Edinburgh), Mathieu Puech (Observatoire de Paris), Gavin Dalton (STFC-RALSPACE & Oxford Univ.), Myriam Rodrigues (Observatoire de Paris), Ewan Fitzsimons (STFC-UK-ATC, Edinburgh), Simon Morris (Durham Univ.), Beatriz Barbuy (IAG, Sao Paulo), Jean-Gabriel Cuby (LAM, Marseille), Lex Kaper (Amsterdam Univ.), Martin Roth (AIP, Potsdam), Gerard Rousset (Observatoire de Paris), Richard Myers (Durham Univ.), Olivier Le Fèvre (LAM, Marseille), Alexis Finogenov (Helsinki Univ.), Bruno Castilho (LNA, Itajuba), Goran Ostlin (Stockholm Univ.), Jesus Gallego (Madrid, Computense Univ.), Fabrizio Fiore (INAF-Osservatorio Astronomico di Roma), Bodo Ziegler (Vienna Univ.), Jose Afonso (IA, Lisbon Univ.), Marc Dubbledam (Durham Univ.), Phil Parr Burman (STFC-UK-ATC), Tim Morris (Durham Univ.), Tristan Buey (Observatoire de Paris), Fanny Chemla (Observatoire de Paris), Eric Gendron (Observatoire de Paris), Andreas Kelz (AIP, Potsdam), Isabelle Guinouard (Observatoire de Paris), Ian Lewis (Oxford Univ.), Kevin Middleton (STFC-RALSPACE, Oxford), Ramon Navarro (NOVA), Marie Larrieu (IRAP, Toulouse), Thierry Contini (IRAP, Toulouse), Kjetil Dohlen (LAM, Marseille), Niklas Harald (Goettingen Univ.), David Le Mignant (LAM, Marseille), Yanbin Yang (Observatoire de Paris).

Contact(s):
  • François Hammer, GEPI, Observatoire de Paris
    francois [dot] hammer [at] obspm [dot] fr, 01 45 07 74 08