Martin Vancoppenolle, lauréat de l’International prize for model development du WCRP/WWRP

Vendredi, 15 décembre 2017

© Marie Kotovitch (Université de Liège) La glace de mer joue un rôle secondaire dans le cycle du carbone global. Chercheur CNRS au Laboratoire d’océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN/IPSL, UPMC / CNRS / MNHN / IRD), Martin Vancoppenolle est arrivé à cette conclusion grâce à une démarche originale combinant observations et modélisation. Cette démarche a été mise au point en raison du besoin urgent de caractériser les différents paysages glaciaires et le fonctionnement des écosystèmes régionaux, dans et sous la glace et dans la mer. En effet, l’augmentation des températures aux hautes latitudes actuelle et à venir signe la disparition programmée de ces milieux uniques.

Martin Vancoppenolle a commencé ses recherches pendant sa thèse à l’Université de Louvain-la-Neuve (Belgique), dont il est sorti diplômé en 2008, et les a poursuivies en post-doctorat à l’Université du Washington (Seattle, USA) avant d’être recruté par le CNRS en 2011. Ses objectifs scientifiques sont de mieux comprendre la glace de mer, ses changements et leurs impacts, non seulement sur l’environnement glaciaire, mais aussi sur l’océan, le climat et la vie et la chimie marines. Pour cela, il utilise tous les moyens à sa disposition : l’analyse des observations et des simulations numériques et le développement du modèle de glace de mer de NEMO. Il contribue aussi à l’acquisition de nouvelles observations in situ.

Pour ses contributions à l’amélioration de la représentation de la glace de mer dans les modèles du Système Terre, il a reçu début décembre 2017, l’International prize for model development du WCRP/WWRP (World climate research programme/World weather research programme), prix décerné annuellement depuis 2014. Ce prix récompense non seulement la démarche et les expertises de Martin Vancoppenolle, mais également ses efforts pour dynamiser la communauté européenne de modélisation des milieux polaires.

Chargé de recherche CNRS

Pour en savoir plus: