Disparition de Dimitri Komatitsch

Jeudi, 24 janvier 2019
Dimitri Komatitsch C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris le décès brutal de Dimitri Komatitsch à l’âge de 48 ans, lundi 21 Janvier dans l’après-midi.

Dimitri avait rejoint l’IPGP après son diplôme d’ingénieur Télécom Paris Tech (ENST) en 1993, pour y effectuer son Master. Il avait soutenu sa thèse en mai 1997 à l’IPGP, réalisée dans le groupe de tomographie géophysique d’Albert Tarantola, sous la direction de JP Vilotte. Durant cette période, il a largement contribué à la dynamique du groupe en y développant la méthode des éléments spectraux et son implémentation numérique pour la sismologie.

Après sa thèse, il rejoignit le groupe de Jeroen Tromp à Harvard puis à Caltech, puis fut nommé en 2004 professeur de géophysique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), après y avoir soutenu son Habilitation à Diriger des Recherches en 2003. Il y a dirigé le laboratoire de modélisation et d’imagerie géophysique jusqu’en 2010. Il rejoint alors l’université de Toulouse  puis est nommé en 2011 Directeur de Recherche CNRS au laboratoire de Mécanique et d’Acoustique (LMA) à l’université d’Aix-Marseille.

Dimitri fut membre de l’institut Universitaire de France (IUF), entre 2007 et 2012. Il était membre du conseil scientifique de PRACE, l’infrastructure européenne pour le calcul intensif.

Dimitri a largement contribué à développer et à populariser la méthode des éléments spectraux, en particulier avec les codes SPECFEM-3D et SPECFEM-2D, pour l’imagerie sismique et acoustique dans les domaines académiques et industriels. Il a tout au long de sa carrière formé et collaboré avec de nombreux chercheurs et étudiants. Il a reçu plusieurs distinctions dont le prix ATOS-Bull en 2010 et et Gordon Bell en 2003, pour ses travaux dans le domaine de la simulation numérique de la propagation du champ d’ondes sur les nouvelles architectures de calcul haute performance.

La recherche et la production scientifique de Dimitri Komatitsch, à l’interface entre géophysique, mathématiques appliquées et calcul haute performance, ont eu un important impact scientifique. C’est une grande perte tant sur le plan humain que scientifique.

Nous avons une pensée émue pour son épouse et ses deux enfants, ses parents et sa soeur.