Une exploitation de sel datée entre 5500 et 5800 ans avant JC découverte dans les Alpes de Haute-Provence

- communiqué de presse

Jeudi, 31 octobre 2002

Une équipe d'archéologues dirigée par Denis Morin, chargé de recherche au CNRS, Unité toulousaine d'archéologie et d'histoire (UTAH - CNRS/Université de Toulouse le Mirail,) et spécialiste en archéologie des techniques, a mis au jour une exploitation de sel datée entre 5500 et 5800 ans av J.C (Néolithique Ancien). Cette datation constitue le plus ancien témoignage connu de l'exploitation du sel en Europe.

La découverte de l'exploitation de sel a eu lieu au fond d'un puits daté du XVIIe siècle, situé sur le territoire de la petite commune de Moriez (Alpes de Haute-Provence), au cœur de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence. Une série de baguettes de bois dont certaines présentaient des traces de taille intentionnelles, étaient enfoncées à la verticale dans un sédiment marneux gorgé d'eau salée, à plus de 9 mètres de profondeur. Ces vestiges ligneux étaient associés à une structure circulaire, puisard ou puits citerne, protégeant la source salée. Les parois de ce puits étaient constituées d'un clayonnage afin d'éviter le comblement de la source.

La datation radiocarbone a été réalisée par le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (CEA/CNRS - Gif sur Yvette), à partir de deux échantillons de bois, en excellent état de préservation, prélevés au fond du puit de la source salée. Le traitement chimique des échantillons a été effectué suivant des protocoles classiques au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement et au Laboratoire souterrain de Modane. Les âges 14C corrigés du fractionnement biologique (correction de 13C) sont donc exprimés de manière conventionnelle en années 14C B.P(1).

Les âges obtenus, très anciens, sont surprenants si l'on se réfère au matériel archéologique trouvé au fond du puit (céramiques du XIXe siècle) ou aux archives historiques. Dans l'état actuel des connaissances, rien ne permet de soupçonner un éventuel vieillissement des échantillons, la conservation de bois dans de l'eau salée offrant les meilleures garanties.

Ces résultats permettent de faire l'hypothèse de la contemporanéité de ces deux pièces de bois qui auraient alors un âge moyen de 6795 ±40 ans BP et donnent en dates calibrées Cal BC(2) : 5735, 5624 ans.

Le carottage des sédiments, puis l'analyse de leur contenu pollinique, devraient permettre aux équipes d'affiner les premières datations et de déterminer les conditions climatiques dans lesquelles ont évolué les premiers sauniers européens.

Cette découverte exceptionnelle s'inscrit dans un programme de recherche sur l'exploitation du sel dans les Alpes qui intègre plusieurs institutions : le CNRS en Midi-Pyrénées, le service régional de l'archéologie de la région PACA, la DRAC PACA et la réserve géologique de Haute-Provence.

Note(s): 
  1. B.P : Before Present (à partir de 1950 de notre ére)
  2. Cal BC : Calibré Before Christ (an 0)

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.