Champ de vitesses GPS de la partie Est de l'arc himalayo-alpin

Lundi, 3 novembre 2008

Les vecteurs indiquent les vitesses de déplacement en mm/an. Les ellipses représentent l'incertitude estimée à 95% de confiance sur les vitesses. Ceci nous renseigne sur les mécanismes d'accommodation de la déformation au sein de cette zone de convergence : En Iran d'ouest en est, collision continentale (diminution progressive des vitesses vers le Nord). et subduction océanique (diminution très rapide des vitesses entre l'Arabie et le sud-est iranien) se succèdent. La Turquie rentre dans l'Europe à une vitesse moyenne de 25 mm/an! Plus à l'Ouest, les îles grecques se déplacent à environ 30-35mm/an vers le Sud. Ceci crée de la convergence entre l'Afrique et l'Eurasie accommodée par la zone de subduction Hellénique. Ainsi la Turquie est à la fois poussée par l'Arabie et tirée par la subduction Hellénique, il y a compétition entre les mécanismes de collision et de subduction. A l'Est, la remontée de l'Inde vers le Nord et sa rencontre avec l'Eurasie donne lieu à de la déformation distribuée sur une large zone : environ 20mm/an sont absorbés par le chevauchement qui surélève l'Himalaya, une partie de la déformation est propagée vers le nord par des décrochements moins "coûteux" en énergie qui provoquent un mouvement vers l'Est du plateau tibétain. Au nord du Tarim enfin, on note la surrection de la chaîne du Tien Shan, noyau dur et indéformable de plus faible altitude que ces environs.

Note:

Une image à retrouver dans le livre "Terre, planète mystérieuse", aux éditions du cherche midi en partenariat avec l'INSU.

Contact(s):
  • Philippe Vernant
    pvernant [at] univ-montp2 [dot] fr

Champ de vitesses GPS de la partie Est de l'arc himalayo-alpin dans le référentiel Eurasie fixe. © Géosciences Montpellier (INSU-CNRS, Université Montpellier 2).