Où naissent les étoiles massives ?

- communiqué de presse

Mardi, 8 novembre 2005

Une équipe de chercheurs dirigée par Annie Zavagno et Lise Deharveng, du LAM (OAMP, CNRS et Université de Provence) vient d'identifier, pour la première fois, de manière précise, un des lieux privilégiés de formation des étoiles massives. Cette découverte, publiée dans le journal Astronomy and Astrophysics devrait permettre, grâce à de futures observations, de comprendre comment se forment ces étoiles si particulières et si importantes dans l'évolution des galaxies.

Images de la région HII RCW79. © LAM. OAMP. CNRS. INSU. Les étoiles massives, d'au moins 8 masses solaires, intéressent particulièrement les astrophysiciens car elles ont une influence très importante sur les mécanismes physico-chimiques des galaxies. Elles synthétisent tous les éléments chimiques lourds présents dans l'Univers. Toutefois, les scientifiques n'ont pas encore pu observer le processus de formation de ces étoiles car, il est difficile d'accéder de facon systématique à leur lieux de formation. Ils ne disposent donc que de modèles théoriques réalisés à partir des lois fondamentales de la physique pour tenter de comprendre ce processus. Mais, sans réelles observations aucune certitude ne peut être avancée.

C'est en se basant sur les hypothèses avancées par l'un de ces modèles, le modèle dit de "collect and collapse" (accumulation et effondrement ; Fig. 2) que l'équipe d'Annie Zavagno et de Lise Deharveng a choisi d'observer une zone très spécifique de l'espace : la région d'hydrogène ionisé RCW 79. En effet, les étoiles massives à forte émission de rayonnement ultraviolet créent des régions d'hydrogène ionisé, dite régions HII, qui sont en expansion. Au cours de l'expansion, une importante quantité de gaz et de poussière s'accumule autour de la région HII formant une couche plus ou moins "compacte" (cf. Fig 2 étape 2). Des instabilités gravitationnelles dans cette couche conduisent à la formation de fragments denses qui finissent par s'effondrer donnant naissance à une nouvelle génération d'étoiles massives en bordure de la région HII.


Figure 2 représentant le modèle "collect and collapse". © A. Zavagno. LAM. OAMP. CNRS. INSU.

Les chercheurs de l'Observatoire Astronomique de Marseille Provence ont étudié RCW 79(1) avec le radiotélescope submillimétrique suédois de 15 m de diamètre et le "New Technologie Telescope" de 3,6 m de diamètre de l'Observatoire Européen Austral (ESO) qui sont situés sur le site de La Silla au Chili. Ils ont notamment détecté 9 condensations qui ont des masses variant de la vingtaine de masses solaires jusqu'à environ mille masses solaires et qui sont réparties à la périphérie de la région d'hydrogène ionisé en expansion. Ils ont mis en évidence la présence d'objets jeunes et massifs en bordure des trois condensations les plus massives. La détection de ces condensations et leurs répartitions confirment ainsi les prévisions du modèle.

Ce résultat offre donc à la communauté scientifique un nouveau terrain de recherche très prometteur et les astrophysiciens vont très certainement pointer leurs télescopes vers ces régions très spécifiques de l'Univers pour tenter enfin de comprendre le processus de formation des étoiles massives.

Note(s): 
  1. RCW 79 se situe à 14 000 années-lumière de nous.
Pour en savoir plus: 
Source(s): 

Triggered massive-star formation on the borders of Galactic HII regions. II. Evidence for the collect and collapse process around RCW 79, by A. Zavagno, L. Deharveng, F. Comeron, J. Brand, F. Massi, J. Caplan, and D. Russeil. Astronomy & Astrophysics.

Contact(s):
  • Annie Zavagno, Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM)
    annie [dot] zavagno [at] oamp [dot] fr, 04 95 04 41 55

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.