Les restes d’une nova âgée de plus de 2000 ans

Résultat scientifique
Univers

L’instrument MUSE/ESO-VLT met en évidence les restes d’une nova âgée de plus de 2000 ans

L’amas globulaire Messier 22 et la nébuleuse (en rouge) découverte par MUSE. © ESA/Hubble et NASA, F. Göttgens (IAG).

Une équipe du consortium MUSE, menée par Fabian Göttgens de l’Institut d’Astrophysique de l’Université de Göttingen (Allemagne) vient de mettre en évidence les restes d’une nova dans l’amas globulaire Messier 22. Une nova est une explosion de la couche d’hydrogène à la surface d’une étoile qui la rend très brillante pendant une brève période. Les restes de l’explosion donnent alors naissance à une nébuleuse de gaz. La nova a été observée par les astronomes chinois en 48 avant Jésus-Christ et c’est seulement 2000 ans plus tard que l’instrument MUSE sur le Very Large Telescope - VLT de l’ESO au Chili, a permis, grâce à sa sensibilité sans précédent, de détecter la nébuleuse.

Cet événement devient ainsi aujourd’hui l’événement astronomique hors du système solaire le plus ancien jamais confirmé, le précédent record étant détenu par la nébuleuse du Crabe, reste d’une supernova observée également par les chinois en 1054 après Jésus-Christ. « Entre la haute technologie de MUSE/ESO-VLT et l’observation minutieusement documentée des astronomes chinois, il y a plus de 2000 ans mais surtout cet intérêt commun pour la connaissance du ciel et le souci d’en garder une trace tangible. Cette découverte nous relie à nos collègues chinois et montre combien le long chemin de la connaissance, quelque soit les progrès spectaculaires que nous ne cessons d’accomplir, est l’histoire de l’humanité », commente Roland Bacon, chercheur au Centre de Recherche d’Astrophysique de Lyon, responsable du projet MUSE et cosignataire de l’article qui sera publié dans le journal Astronomy & Astrophysics.

Les amas globulaires sont des systèmes sphériques de centaines de milliers d’étoiles retenues ensemble par la gravitation, qui orbitent autour de notre Galaxie. Il y a 150 amas globulaires connus dans la Galaxie et Messier 22 est l’un deux. Il est localisé dans la constellation du Sagittaire en direction du centre galactique. Il a été observé par MUSE/ESO-VLT lors d’une campagne d’observations destinée à étudier ces amas.

Les restes de la nova se présentent sous la forme d’une nébuleuse de gaz chaud formée essentiellement d’hydrogène, son diamètre est de 8000 fois la distance Terre-Soleil. Malgré sa taille, la nébuleuse est dite « légère » en ne pesant que 30 fois la masse de la Terre.

Ce texte chinois (marqué en orange) extrait d’une collection ancienne d’observations (https://ctext.org/) décrit l’observation de la nova en 48 avant JC par les astronomes chinois.

Source

Fabian Göttgens et al. Discovery of an old nova remnant in the Galactic globular cluster M22. Astronomy & Astrophysics (2019). doi: 10.1051/0004-6361/201935221

Contact

Roland Bacon
CRAL - Observatoire de Lyon