Instrumentation

Que ce soit dans le cadre de missions spatiales, de campagnes de terrain (océanographiques, aéroportées, etc..) ou d’observation au long cours, l’instrumentation est centrale dans les domaines des sciences de la Terre et de l’Univers. Elle requiert en effet des capteurs et des sondes ou encore des moyens de télédétection (actif comme les lidar et radar ou passif comme les radiomètres), dont les technologies doivent souvent répondre à des critères stricts de miniaturisation, d’intelligence, de consommation énergétique ou de facilité de production en série, permettant de collecter les mesures in situ ou à distance, avec le niveau de précision requis, sans perturber le milieu analysé.

Une organisation au service de l'instrumentation

Au service d'une instrumentation innovante et performante, travaillent en synergie une direction des développements instrumentaux innovants pour la recherche et l’observation (DIIRO), une direction adjointe technique (DAT), une commission spécialisée instrumentation innovante et transverse (CSIIT) et une division technique (DT-INSU).

Direction des développements instrumentaux innovants pour la recherche et l’observation

La direction adjointe scientifique (DIIRO) assure la coordination et le suivi des actions de développement instrumental innovant et transverse à l’INSU, en collaboration avec les directions adjointes scientifiques et les commissions spécialisées dites de domaine  (OA, AA, SIC et TS). Elle assure l’identification des actions de R&D stratégiques au sein des laboratoires et des OSU, et l’accompagnement du transfert, de l’application et de la valorisation des développements instrumentaux innovants entre domaines de l’INSU, au travers notamment d’un appel d’offres dédiés (AO Instrumentation Innovante et transverse). Elle met en musique l’implication de la division technique de l’INSU dans les projets instrumentaux stratégiques pour l’institut, ainsi que la mise en place des moyens nationaux afférents.

La DIIRO instruit un plan de développement et d’évaluation des technologies pertinentes pour l’instrumentation innovante pour l’ensemble des domaines de l’INSU, et l’identification le cas échéant des sources de financement adaptée pour les développements émergeant et au cours de leur montée en maturité technologique. Enfin, elle est en charge de renforcer les synergies avec les instituts du CNRS sur les questions stratégiques d'instrumentation et de technologie, au travers notamment d’actions bilatérales communes.

Direction adjointe technique

La direction adjointe technique (DAT) de l’INSU assure une fonction de suivi des moyens techniques opérationnels en transverse au sein de l’institut. Elle accompagne la stratégie de développement instrumental pour les programmes scientifiques de l’Institut et identifie les compétences techniques stratégiques à maintenir et/ou développer au sein de ses laboratoires et des Observatoires des sciences de l'Univers (OSU).

Outre le suivi opérationnel, elle coordonne la jouvence et la modernisation des moyens nationaux labellisés par l’INSU : plateformes, instrument et équipements, et parc nationaux.

Concernant les moyens humains de l’institut, la DAT assure une coordination et une animation en lien avec les directions techniques des laboratoires et des OSU. Dans cette logique elle assure également le suivi des réseaux métiers propres aux besoins de développement ou d’opération en support à la recherche au sein de l’institut. Ce peut être en interne à l’INSU, en lien avec d’autres instituts ou plus largement avec la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires (MITI). Plus globalement la DAT supervise en lien avec les directeurs techniques, la démarche qualité au sein des unités.

Enfin, elle assure le suivi des personnels technique, avec une attention et un suivi sur les évolutions métiers et la formation permanente via les actions nationales de formation portées par l’INSU et par les réseaux métier de la MITI.

En savoir plus : Lire le décryptage Un nouveau DAS pour soutenir l'innovation instrumentale à l'INSU

Commission spécialisée instrumentation innovante et transverse

Pour accompagner la DIIRO, a été créé la commission spécialisée instrumentation innovante transverse (CSIIT) : une commission scientifique et institutionnelle inter-organismes, transverse à l’INSU, composée de scientifiques nommés es qualité par la direction de l’INSU et de ses partenaires (grands organismes, mais aussi autres instituts du CNRS).

Les principaux domaines d’activité de la CSIIT sont :

  • l’évaluation des propositions de développements instrumentaux soumis à l'appel d’offres annuel dédié ;
  • l’organisation des Ateliers expérimentation et instrumentation (AEI) qui ont lieu tous les 2 ans ;
  • le suivi du volet instrumental de grands projets structurant de l’INSU ;
  • l’évaluation des propositions de jouvence et de modernisation pour les outils instrumentaux de portée nationale utilisés par les chercheurs de l’INSU (plateformes, instruments et équipements, et parc nationaux);
  • l’évaluation générale de l’adéquation des moyens (financiers, structurels, organisationnels) aux besoins prioritaires de la communauté ; la mise en œuvre de la réflexion prospective sur l’instrumentation innovante et transverse à l’échelle nationale.

Division Technique

La DT-INSU est une unité d’appui à la recherche (UAR) essentielle de l’INSU en soutien à l’instrumentation pour la recherche et l’observation à l’échelle nationale, sur 3 volets : R&D, bureau d’étude et parcs nationaux instrumentés.  

Elle a 3 missions :

  • L’accompagnement des développements instrumentaux émergents ou innovants, tout en favorisant le transfert technologique entre domaines, ainsi que les bonnes pratiques,  
  • Le soutien aux programmes structurant de l’INSU (EquipEx, PEPR, SNO, etc..)
  • L’accompagnement pour la mise à disposition et le déploiement d’outils opérationnels, de parcs (instrumentation océanographique, géophysique, carottage continental), de plateformes d’étalonnage ou encore des 7 navires de station de la flotte océanographique du CNRS
  • La gestion des 7 navires de station de la flotte océanographique du CNRS.

En savoir plus : Consulter le site de la DT-INSU

Des réseaux métiers au service de l'instrumentation

Au sein du CNRS, des réseaux professionnels ont vocation à faciliter les échanges d’informations et d’idées entre leurs membres.

Des réseaux métier sont en support au développement instrumental et aux moyens d'observation :

  • MAPI MAnagement de Projet INSU
  • Qualité projet 
  • Réseau des Lithopréparateurs
  • SIST - le réseau technologique des informaticien·nes gestionnaires de données d'observation
  • TechMar - le réseau des Technologies Marines
  • MSK - le réseau de métiers "Milieux Souterrains et Karsts"
  • Docplanets - Le réseau des professionnels Information Scientifique et Technique de l'INSU CNRS

Innover par et pour la recherche

Les laboratoires de l'INSU conçoivent les outils nécessaires aux travaux des chercheurs. L'innovation découle ainsi des recherches menées dans les laboratoires. Dans la logique de ses travaux de prospective, l'institut pilote la recherche instrumentale et l'innovation qui lui sont indispensables en vue des enjeux scientifiques et techniques du futur.

Pas de science sans technologie

La qualité de la recherche est totalement indissociable de l'innovation. À l’INSU, elle découle du besoin de la science qui y est faite. En astrophysique comme en géosciences – qu’il s’agisse des instruments d’observation, terrestres, sous-marins, aéroportés ou spatiaux – la puissance scientifique est intimement liée à la performance technologique.

Concevoir les outils de la recherche

Les chercheurs de l'INSU conçoivent des missions et leurs instruments destinés aux agences spatiales, ainsi que des dispositifs de mesure pour les grandes infrastructures d’observation depuis le sol. Ils mettent en œuvre les moyens de calcul de haute performance nécessaires à la modélisation, à l’exploitation et à l’archivage de bases de données. L’exigence du besoin d’observation et de mesure met les équipes de l’institut en étroite collaboration avec ses partenaires académiques au CNRS et dans d’autres organismes de recherche français et étrangers, mais également avec le monde industriel. Ces collaborations vont jusqu’à la constitution d’équipes intégrées incluant l’ensemble des acteurs pour la réalisation de projets de R&D ou de réalisation d’envergure.

Innovation et interdisciplinarité

L’INSU est naturellement pluridisciplinaire dans ses approches scientifiques et, par essence, se trouve en relation directe avec les développeurs de technologies. La nature intrinsèquement innovante de ses recherches impose de partager avec des scientifiques et des technologues d’autres horizons des problématiques interdisciplinaires dont il résulte un enrichissement mutuel et une appréhension d’objectifs communs avec des cultures intellectuelles différentes.

Un cercle vertueux

L’INSU promeut un processus itératif où tous les acteurs de l’innovation (scientifiques, technologues, business développeurs et institutionnels) créent un terreau propice à engendrer des innovations dans les domaines cibles ou pour des applications duales, elles-mêmes génératrices de nouvelles approches. Cette stratégie a pour objectif de mettre en place sur le long terme des plateformes de recherche entre le monde économique et celui de la recherche autour des domaines de recherche centraux de l’INSU. Ces plateformes servent de pont entre l’industrie et l’institut afin de développer en commun des actions scientifiques sur des thématiques à fort impact économique et sociétal, de mettre en place des passerelles d’échange de chercheurs entre le monde académique et l’industrie, de mieux positionner l’INSU, et donc le CNRS, dans un monde de la recherche aujourd’hui globalisé et dans un cadre de concurrence mondiale en matière de recherche. Ce processus inclut des relations très étroites avec des partenaires industriels de pointe à la fois pour valoriser les innovations issues des laboratoires ou pour repousser les limites des performances des technologies existantes.

Une stratégie partenariale avec les industriels

Stratégie partenariale et innovation sont de facto indissociables puisque la première engendre la deuxième. Elles sont génératrices de développement de relations long terme, créatrices de communautés de plusieurs centaines de chercheurs, produisant de la recherche fondamentale entre scientifiques des mondes académique et industriel.

Cette stratégie a conduit en cinq ans à la signature de conventions multipartenaires et pluriannuelles, conduisant à l’établissement de plateformes stratégiques de recherche entre des entreprises de dimension internationale et des dizaines d’unités de recherche, pour la réalisation de plus de 50 thèses et 20 postdocs, et représentant des budgets consolidés opérés au CNRS, dans les organismes et chez les industriels partenaires de près de 100 M€.

Geodenergies : ITE pour l’utilisation décarbonée du sous-sol

Geodenergies fait partie des 7 Instituts pour la transition énergétique (ITE) lancés dans la cadre du Programme d’investissement d’avenir (PIA).  Geodenergies, ITE des géotechnologies décarbonées, co-porté dans sa phase de création par le Bureua de recherche géologiques et minières (BRGM) et l’INSU, regroupe 20 partenaires (dont 13 industriels et 7 laboratoires CNRS) pour un budget de 57 M€ sur 9 ans (16M€ IA).

  • 16 M€ de dotation du PIA, 12 projets générés en 3 ans
  • 20 partenaires (13 privés, 7 publics)
  • Groupement d’intérêt scientifique (GIS) lancé en septembre 2015, transformation en ITE fin 2018
  • 12 propositions : 7 projets en cours, 3 validés, 2 rejetés
  • 5 projets en cours avec des labos CNRS Insu partenaires