Actions Nationales pour l'Observation en Terre Solide

Les enjeux

Comprendre le fonctionnement de la Planète est un objectif fondamental de la recherche en Sciences de la Terre. Cet effort de recherches génère des retombées sociétales en termes d'estimation des risques (naturels et anthropiques), de gestion des ressources, et de développement durable qui justifient les importants investissements consentis. Ces recherches reposent sur des observations physiques et chimiques à caractère pérenne portant sur le milieu naturel et qui sont le plus souvent impossibles à reproduire en laboratoire. La rareté et la brièveté de certains phénomènes (séismes, éruptions volcaniques) et la nécessité d'enregistrer en continu sur de longues périodes de temps certaines variables (champs magnétique et gravimétrique, compositions chimiques dans les eaux ou systèmes volcaniques) confèrent aux dispositifs d'observation des Sciences de la Terre un caractère spécifique. Ces observations pérennes peuvent être complétées par des campagnes scientifiques spécifiques limitées dans le temps. De plus, ces phénomènes sont marqués par une physique complexe pouvant associer des phénomènes d'échelles spatiales différentes. Les objectifs aujourd'hui sont d'aller vers une description globale et quantitative des phénomènes par l'utilisation des méthodes d'observation modernes et par un recours à la modélisation physique ou numérique.

Missions des Services Nationaux d'Observation sur la Terre Interne

Les missions des observatoires en Terre Interne sont de trois types :

  • Mesure, archivage et étude de paramètres physiques et chimiques de la Terre solide.
  • Connaissance et observation des aléas naturels et anthropiques en Terre solide. Aide à la gestion des ressources et des déchets.
  • En ce qui concerne certains aléas (volcaniques et sismiques), mission d'information auprès des autorités en charge de la gestion des risques naturels.

Le dispositif d’observation en Terre interne à l’origine développé autour de la sismologie, de la gravimétrie et du magnétisme s'est étendu depuis plusieurs années à d'autres domaines (géochimie, volcanologie, sciencesmarines, ...). Uneautre évolution est d'aller vers une approche globale intégrant les données d'autres champs disciplinaires, et d'autres enveloppes, de manière à étudier leur interaction et leur complexité. Par ailleurs, l'objectif est d'aller vers des dispositifs mondiaux et d'intégrer les services d'observatoire dans des réseaux internationaux de mesure et d'échanges de données. Enfin, les Services d'observatoire constituent le tissu nécessaire à la mise en place de structure d'observation et de gestion à l'échelle européenne.

Une partie significative des activités d'observation en Terre Interne contribue à l'Infrastructure de Recherche nationale RESIF (Réseau sismologique et géodésique français ; http://www.resif.fr). RESIF est dirigé par un consortium composé de 18 partenaires institutionnelles, pour lequel le CNRS (INSU), fort de la contribution de ses services d'observation, assure le rôle de coordinateur.

Compte rendus de la Commission Services nationaux d'observation en Terre Solide

Fichier attachéTaille
Commission Services nationaux d'observation : réunion 26 novembre 2012396.46 Ko
Commission Services nationaux d'observation : réunion 1er juin 2011113.64 Ko
Commission Services nationaux d'observation : réunion juin 201030.98 Ko