PROOF : Processus biogéochimiques dans l'Océan et flux

Programme national coordonné et géré par l'INSU

  • Financé par : INSU, CNRS-SDV, CNES, IFREMER, IRD, TOTAL
  • Comité Scientifique : Hervé CLAUSTRE (président du CS), Marie-Alexandrine SICRE (secrétaire scientifique), Micheline BIANCHI, Yves DANDONNEAU, Frank DEHAIRS, Catherine GOYET, Antoine GREMARE, Catherine JEANDEL, Patrice KLEIN, Corinne LE QUERE, Marlon LEWIS, Rémi LOSNO, Laurent MEMERY, Cyril MOULIN, Dan REPETA, Gilles REVERDIN, Jean SCIARE, Paul TREGUER, Markus WEINBAUER

Au cours de la dernière décennie, le programme JGOFS nous a permis de comprendre que la variabilité du forçage physique océanique à toutes les échelles influence de manière significative la structure des écosystèmes et les cycles biogéochimiques. Le programme PROOF développera ces recherches en les inscrivant de manière plus explicite dans le contexte du changement de climat planétaire et de ses répercussions sur le milieu naturel.

Cinq contraintes physiques ou chimiques majeures résultant du changement du climat planétaire et des perturbations de nature anthropique sont identifiées :

  • l'augmentation des rejets d'origine anthropique
  • l'augmentation de la température
  • les modifications de la circulation océanique
  • les modifications des dépôt éoliens d'origine désertique
  • l'augmentation des radiations UV à la surface de l'océan

Le programme PROOF encourage donc l'émergence de projets visant, d'une part, à étudier, quantifier et éventuellement prédire l'influence de ces forçages sur la réponse biologique et biogéochimique de l'océan et, d'autre part, à identifier, quantifier et éventuellement prédire les mécanismes de rétroaction du système océanique sur le climat.

Néanmoins, pour comprendre, et éventuellement pronostiquer ces effets, il demeure essentiel de continuer à documenter et à inventorier les effets de la variabilité dite naturelle, ou encore d'identifier et de comprendre les processus responsables de la stabilité des écosystèmes. Ces études devront être menées non seulement au niveau saisonnier mais aussi et surtout au niveau inter-annuel et décennal. Dans ce contexte, les services d'observation ainsi que les bases de données internationales (de terrain, satellitales) devront être considérés comme des supports essentiels à ces recherches.

Prospectives PROOF 2006-2010

Bilan 2002-2005

Pour en savoir plus