Connaître l'âge de la Terre, de l'homme, des volcans, des montagnes

De Nicolas Arnaud (UMR 5573 CNRS, Laboratoire de Dynamique de la Lithosphère (LDL). Groupe de Géochronologie)

Où donc se situe notre espèce dans cette histoire si longue ? La réponse nous vient des préhistoriens, qui étudient les squelettes de nos plus lointains ancêtres. Plusieurs méthodes sont possibles, selon que l'on date les squelettes eux-mêmes, ou les outils qui nous restent de ce lointain passé, ou encore les couches de sédiment qui contiennent ces artefacts humains. Parmi les plus illustres de nos prédécesseurs, Lucy, découverte par une équipe franco-américaine en Ethiopie dans la vallée de l'Omo a pu être datée par des couches de cendres volcaniques entre lesquelles le squelette était coincé. Lucy a 2 millions d'années. La datation des os de plusieurs squelettes par la méthode du carbone 14 par exemple, également appliquée au charbon de bois des foyers primitifs qui réchauffait nos ancêtres, a permis de retracer la longue suite d'évolutions qui a mené jusqu'à nous. Depuis quelques années la découverte de restes pré-humains, notamment au Tchad, ne cesse de faire reculer nos origines. Toumaï (« espoir de vie »), âgé de plus de 7 Ma est actuellement notre possible ancêtre le plus ancien le plus ancien représentant connu de la lignée humaine. De l'ensemble de ces données ressort un schéma d'évolution plus complexe, et surtout plus buissonnant, de notre espèce qu'on a longtemps voulu l'admettre. Ce qui demeure clair est que nous sommes passés des plus lointains grands singes à l'Homo Sapiens, en moins de 10 millions d'années soit et il a fallu pour cela moins de 0,25% de l'âge de la terre ! Notre espèce est donc encore très jeune !