Avec VIMOS, installé sur le Very Large Telescope, mieux comprendre l'évolution de l'Univers

- communiqué de presse

Mercredi, 13 mars 2002

VIMOS est un nouvel instrument du VLT de l'European Southern Observatory au Chili. Construit par un consortium franco-italien sous la responsabilité du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (Unité mixte de recherche, CNRS, Université de Provence), VIMOS a obtenu sa première lumière le 26 février dernier. Son efficacité incomparable, la meilleure de sa catégorie, permettra de mesurer les distances et les propriétés d'un grand nombre de galaxies très lointaines, et donc de déterminer l'évolution de l'Univers.


VIMOS installé au foyer de l'un des télescopes du VLT de l'ESO. © LAM. CNRS. Observatoire Astronomique de Marseille-Provence. ESO.
Installé sur l'un des télescopes de 8,2 m de diamètre (Melipal) du Very Large Telescope de l'ESO au Chili, l'instrument VIMOS a obtenu sa première lumière le 26 février dernier. Cet instrument permet à la fois l'imagerie et la spectroscopie des galaxies dans le domaine de longueurs d'onde du visible. Il a été construit par un consortium franco-italien sous la responsabilité du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille. Ce consortium comprend le Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse, l'Observatoire de Haute-Provence, l'Istituto di Radioastronomia de Bologne, l'Istituto di Fisica Cosmica e Tecnologie Relative de Milan, l'Osservatorio di Capodimonte de Naples, l'Osservatorio Astronomico de Bologne, l'Osservatorio Astronomico di Brera de Milan et l'ESO. Le financement de VIMOS a été assuré par l'ESO, le CNRS (INSU), et la région PACA.

VIMOS est équipé de quatre caméras CCD couvrant le champ observé. Le spectromètre permet d'observer simultanément près de 1 000 galaxies dans un champ équivalent à la moitié de la pleine lune, ou à plus de 6400 spectres d'objets compacts. Les fentes du spectromètre sont réalisées par percage laser et ce, au rythme de 200 fentes en moins de 15 minutes. Dans une autre configuration, VIMOS pourra observer des galaxies de magnitude 23, soit des objets 15 millions de fois moins lumineux que ce que percoit notre œil, avec un temps d'exposition de l'ordre d'une heure.

VIMOS est destiné à l'étude des galaxies, notamment des galaxies lointaines. Avec cet instrument, il sera possible de mesurer, en une seule pose, les distances de plusieurs centaines de galaxies, ou de mesurer les propriétés du gaz et des étoiles sur plusieurs milliers de points dans le cœur d'un amas. L'objectif visé est d'observer plusieurs centaines de milliers de galaxies dans l'Univers distant. Ce véritable « sondage » des populations de galaxies permettra de comprendre l'évolution de l'Univers et de déterminer les propriétés des galaxies en remontant dans le temps jusqu'à une époque où l'Univers n'avait atteint que 10 % de son âge actuel, soit plus de 2 milliards d'années.


NGC4039 ou les antennes : sous la force liée à la collision de deux galaxies, des étoiles se forment de manière intense dans les nuages de gaz. Composite d'images dans les bandes verte, orange et rouge. © LAM. CNRS. Observatoire Astronomique de Marseille-Provence. ESO.
La première série d'observations a démontré l'immense potentiel de cette nouvelle machine. VIMOS est l'instrument le plus efficace de sa catégorie dans le monde, 2 à 3 fois plus efficaces que ses concurrents américains dont la mise en service est prévue dans le courant de cette année.

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.