70 ans de l’ordre des géomètres-experts : pour la première fois, les géomètres experts mesurent le niveau de la mer

Communiqué de presse

Mercredi, 4 mai 2016

Le samedi 7 mai prochain de 9h à 13h, 70 géomètres-experts membres de différents conseils régionaux de l’Ordre des géomètres-experts (OGE) vont acquérir simultanément les mesures de 44 marégraphes répartis sur l’ensemble de la côte littorale métropolitaine ainsi que dans les départements d’outre-mer. Organisée dans le cadre des 70 ans de l’OGE, en partenariat avec l’Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), l’Université de la Rochelle, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cette opération est une première en son genre par son ampleur et par sa simultanéité. Elle permettra de participer à l’amélioration de la connaissance sur les questions suivantes : Comment et où le niveau de la mer monte-t-il ? A quel rythme ? La surface méditerranéenne est-elle réellement plus basse que la surface océanique ? Les résultats de ces vérifications de la cote des repères terrestres seront rendus publics en fin d’année.

Les marégraphes sont des instruments permettant de mesurer le niveau de la mer à un endroit donné sur une durée déterminée. En France, une cinquantaine de ces observatoires fournissent des données de hauteurs d’eaux relatives dont les plus anciennes remontent au XVIIIe siècle.

Pour les besoins de cette opération, les géomètres-experts proposent d’utiliser les informations des satellites "GNSS" (Global Navigation Satellite System)(1) pour affiner le référencement des marégraphes entre eux et effectuer une nouvelle comparaison d’altimétrie avec le fameux marégraphe de Marseille, point de référence pour l’altitude 0,00 m en France continentale.

Les nouvelles technologies dont disposent les géomètres-experts permettent une précision centimétrique. 70 géomètres-experts volontaires vont, de façon simultanée, effectuer des acquisitions de données sur 44 marégraphes répartis sur l’ensemble du littoral métropolitain et outremer. Ces données seront ensuite calculées et analysées en partenariat avec les partenaires scientifiques et techniques, rassemblés au sein du Système d’observation du niveau des eaux littorales (SONEL). Elles viendront enrichir les données existantes.
L’Ordre des géomètres-experts rappelle que ses membres sont de véritables spécialistes des sciences de la Terre et peuvent apporter leur expertise sur les grands enjeux environnementaux d’observation du niveau des eaux. Les données collectées lors de cette opération offriront de nouvelles perspectives pour d’autres enjeux fondamentaux comme l’harmonisation du niveau zéro des altitudes en Europe et en Méditerranée ou l’installation de nouvelles stations GNSS permanentes.

Les acteurs de cette opération

Les géomètres-experts
Les géomètres-experts sont des professionnels libéraux dont la formation technique s’accompagne d’une formation juridique. Organisée en Ordre depuis 1946, la profession est la seule habilitée à dresser les plans et les documents topographiques qui délimitent les propriétés foncières.
Grâce à leurs savoir-faire techniques et juridiques, les géomètres-experts interviennent dans de nombreux domaines liés à la propriété et à l’aménagement du territoire : la délimitation foncière et les documents attachés (monopole), la topographie, l’urbanisme, l’aménagement foncier, l’ingénierie et maîtrise d’œuvre, la gestion et l’entremise immobilière, la copropriété, le diagnostic et l’évaluation, la géomatique…
Depuis 2010, la profession de géomètre-expert s’est engagée dans une démarche "Agenda21". Dans ce cadre, elle développe une culture de l’évaluation et de la transparence et a mis en place différentes campagnes de mesure de sites remarquables : celles du mont Blanc depuis 2001 et plus récemment la mesure de la grande dune du Pilat.

TERIA : un service proposé par EXAGONE
Le réseau TERIA est devenu l’outil indispensable pour tous les travaux de géo-référencement. Simple d’utilisation et performant, ce projet initié en 2005 par l’Ordre des géomètres-experts français afin de faciliter les travaux de ses membres est utilisé également dans l’agriculture de précision, l’aéronautique, les travaux publics et par tous les professionnels de la géolocalisation en temps réel. TERIA, est le seul réseau de positionnement Temps réel de précision centimétrique qui couvre la totalité du territoire national certifié ISO 9001 et ISO 14001, il est ouvert sur l’Europe grâce aux partenariats mis en place avec tous nos voisins européens. A la pointe de la technologie, il est en permanente évolution.

Le CNRS
Le Centre national de la recherche scientifique est le principal organisme public de recherche en France et en Europe. Il produit du savoir et met ce savoir au service de la société. Avec près de 33 000 personnes, un budget pour 2014 de 3,3 milliards d'euros, dont 701 millions d'euros de ressources propres, et une implantation sur l'ensemble du territoire national, le CNRS exerce son activité dans tous les champs de la connaissance, en s'appuyant sur plus de 1100 laboratoires. Avec 20 lauréats du prix Nobel et 12 de la Médaille Fields, le CNRS a une longue tradition d’excellence. Le CNRS mène des recherches dans l'ensemble des domaines scientifiques, technologiques et sociétaux : mathématiques, physique, sciences et technologies de l'information et de la communication, physique nucléaire et des hautes énergies, sciences de la planète et de l'univers, chimie, sciences du vivant, sciences humaines et sociales, environnement et ingénierie.

Le SHOM
Le SHOM a pour mission de connaître et de décrire l’environnement physique marin et d’en prévoir l’évolution (profondeur et nature des fonds, épaves, courants, température de l’eau,…). Il est le référent national pour l’observation in situ du niveau de la mer(2) sur l’ensemble des zones sous juridiction française.

À PROPOS DE L’IGN
L’IGN est l’opérateur de l’Etat en matière d’information géographique et forestière de référence, certifiée neutre et interopérable. L’Institut développe en permanence de nouveaux référentiels, produits et géoservices, répondant aux besoins croissants et évolutifs en données cartographiques et en informations géolocalisées. Puissant acteur public du numérique pour la description multi-thèmes du territoire, l’Institut intervient en appui à l’évaluation et à la mise en œuvre des politiques publiques de prévention des risques, d’aménagement du territoire, de développement durable, de défense et de sécurité.
Grâce à ses cinq laboratoires de recherche, l’IGN entretient un potentiel d’innovation de haut niveau dans les domaines de la géodésie, de la topographie vectorielle, de l’optique et de l’électronique, du traitement des images et d’inventaire forestier.
L’ENSG-Géomatique, l’Ecole nationale des sciences géographiques de l’IGN, forme les futurs ingénieurs de l’information géographique.

Note(s): 
  1. C’est le nom générique des systèmes de navigation satellite comme le GPS.
  2. Instruction du Premier ministre n°863/SGMER du 20 avril 2010.

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.