Les réseaux sociaux numériques scientifiques

Les réseaux sociaux numériques scientifiques permettent d’échanger, de partager, de collaborer, de rechercher des experts, d’accéder à des CV, de promouvoir ses recherches, de trouver des articles pertinents, de suggérer des collaborations…

Vous trouverez ci-dessous : des lectures montrant l’intérêt de ces outils, ainsi que des études et des témoignages de chercheurs ; la liste des principaux réseaux sociaux numériques scientifiques.

A lire, à voir

 

Les principaux réseaux sociaux scientifiques

ResearchGate

ResearchGate a été fondé en 2008 par deux virologues (Dr Ijad Madisch et Dr Sören Hofmayer) et un informaticien (Horst Fickenscher). Le siège étant basé à Berlin, le réseau est donc régi par des lois allemandes et européennes.

Pour déposer leurs articles en PDF dans ResearchGate, les chercheurs doivent prendre les mêmes précautions qu'avec les archives ouvertes (autorisation des co-auteurs, embargo éditeurs). Les sociétés porteuses de ces plateformes se déclarent non responsables en matière de droit d'auteurs.

 

Academia.edu

Lancé en 2008 par Richard Price, Academia.edu est maintenu par l'entreprise Academia, dont le siège est à San Francisco en Californie.

En 2013 , Elsevier a demandé le retrait des PDF des articles publiés dans ses revues.

 

MyScienceWork

Créé en 2010 par Virginie Simon, chercheuse en nanotechnologie contre le cancer et Tristan Davaille, ingénieur financier, ce réseau a pour objectif de valoriser la recherche au sein d'une communauté scientifique internationale. Il soutient la publication scientifique en « open access ».

 

Twitter

Bien que généraliste, on notera que le réseau social Twitter est de plus en plus utilisé par les scientifiques afin de communiquer.