Actualisation de la base internationale SOCAT de CO2 océanique

Mardi, 30 août 2016

La dernière version de la base internationale de données SOCAT (Surface ocean CO2 atlas) sera rendue publique en septembre. Cette base, qui rassemble des observations mondiales du dioxyde de carbone dissous dans les eaux océaniques de surface, est le fruit d’une collaboration internationale coordonnée par l'université d'East Anglia (Royaume-Uni) et à laquelle participe le Laboratoire d'océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN/Ecce Terra, UPMC / CNRS / MNHN / IRD).

En 2015, la base SOCAT s’est enrichie de nouvelles données (actualité du 18 septembre 2015). Elle rassemble à ce jour 18.5 millions d’observations de fCO2 effectuées durant la période 1957-2015 (Figure). La version 4 de SOCAT sera rendue publique en septembre 2016. Outre un accès aisé aux données (dont l’extraction peut se faire par région, période, navire…), aux meta-données associées et aux commentaires transparents sur la qualité des données, la base propose des produits grillés (mensuels) pouvant être utilisés pour, par exemple, comparer et valider les modèles biogéochimiques de l’océan et les modèles couplés climat/carbone (CMIP6) ou contraindre les modèles d’inversions atmosphériques.

Distribution des nouvelles observations de fugacité du CO2 (fCO2, µatm) à la surface de l’océan intégrées dans la base SOCAT (période 1989-2015). Cette base a été mise à profit dans plus de 150 publications, dans le cadre d’études à différentes échelles (études de zones côtières, régionales et globales, acidification des océans) et d’évaluation de modèles océaniques et climatiques. En particulier :

  • elle est référencée dans le dernier rapport du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) ;
  • elle sert de support aux plus récentes estimations du bilan de carbone planétaire ;
  • elle est exploitée pour mieux évaluer et comprendre les variations décennales du puits de carbone océanique (actualité du 22 décembre 2015).

Le laboratoire LOCEAN alimente régulièrement cette base (observatoires PIRATA, OISO, SSS et CARIOCA) et contribue au contrôle de qualité des données, principalement pour les océans Atlantique tropical, Indien et Austral.

Le projet SOCAT est coordonné par D. Bakker (Université d'East Anglia, Royaume-Uni). Il a été et est soutenu par de nombreux programmes internationaux, européens (Solas, Imber, IOCCP, CarboChange) et instituts nationaux.

Contact(s):
  • Nicolas Metzl, LOCEAN/Ecce Terra
    Nicolas [dot] Metzl [at] locean-ipsl [dot] upmc [dot] fr, 01 44 27 33 94 - 06 77 47 72 48

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.