Genèse des plus anciens gisements d’uranium

Mardi, 8 novembre 2016

Une équipe internationale impliquant trois laboratoires français(1) a mis en évidence la genèse des plus anciens gisements terrestres d’uranium. Ces gisements se seraient formés après la première augmentation des teneurs en oxygène atmosphérique qui s’est déroulée entre 2,3 et 2 milliards d’années. Au cours de cette période cruciale de l’histoire terrestre, les fluctuations des teneurs en oxygène atmosphérique auraient favorisé à la fois le lessivage de l’uranium depuis ses roches hôtes puis son accumulation.

Le Paléoprotérozoique (2,3 à 2 milliards d’années) est une période charnière, en termes d’oxygénation, de l’histoire de notre planète. La teneur en oxygène atmosphérique a en effet augmenté fortement vers 2.1 milliards d’années pour ensuite se mettre à fluctuer. Cette situation a provoqué un bouleversement majeur des processus physico-chimiques ayant une influence sur les phénomènes d’altération (lessivage) des continents archéens. En particulier, la première augmentation de la teneur en oxygène de l’atmosphère a provoqué la libération d’un certain nombre d’éléments, dont l’uranium qui a été lessivé de ses roches hôtes, âgées de 2.9 milliards d’années. Mais que s’est-il passé ensuite, compte tenu de l’effet « yoyo » de la teneur en oxygène ?

Les chercheurs d’une équipe internationale ont analysé les sédiments très bien conservés du bassin de Franceville (situé dans le sud-est de la République Gabonaise) en utilisant différentes techniques (géochimie, minéralogie, sédimentologie et pétrographie). Ils ont ainsi pu mettre en évidence, dans les sédiments situés à proximité immédiate des gisements, la présence de faciès rouges oxydés (Red-bed), laquelle témoigne d’une augmentation du taux d’oxygène atmosphérique en amont de la formation de ces gisements. Ils ont également pu montrer que, vers 2.083 milliards d’années, lors de la première chute significative de la teneur en oxygène atmosphérique ayant suivi sa première augmentation, l’uranium libéré a  pu alors précipiter, ce qui a favorisé sa minéralisation et par conséquent la formation des plus anciens gisements d’uranium.

En montrant que les variations du taux d’oxygène ont eu des répercussions importantes sur le cycle biogéochimique d’un élément sensible aux conditions d’oxygénation, l’étude confirme que la période du Paléoprotérozoique a été décisive pour l’histoire de notre planète.

Note(s): 
  1. Institut de chimie des milieux et des matériaux de Poitiers (IC2MP, CNRS /Université de Poitiers), Laboratoire d'hydrologie et de géochimie de Strasbourg (LHYGES, CNRS / UNISTRA), Laboratoire de géochimie et métallogénie (Ifremer) et University of California (USA).
Source(s): 

O. Bankole, A. El Albani, A. Meunier, O. Rouxel, F. Gauthier-Lafaye, and A. Bekker : Origin of red beds in the Paleoproterozoic Franceville Basin, Gabon, and implications for sandstone-hosted mineralization of Uranium”. American Journal of Science, Vol. 316, November, 2016, P. 839-872. DOI 10.2475/09.2016.02

 

Contact(s):
  • Abderrazak El Albani, HydrASA
    abder [dot] albani [at] univ-poitiers [dot] fr, 06 72 85 20 88

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.