Energies renouvelables: vers une gestion durable des ressources en métaux et minéraux

Mardi, 4 avril 2017
Des chercheurs en sciences de la Terre, économie et sciences sociales ont publié en mars 2017 un article dans la revue Nature sur l’approvisionnement en minéraux et métaux.

Pour pouvoir réaliser les objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations Unies et mettre en œuvre l’Accord de Paris sur le climat (COP21), une mutation technologique à l’échelle mondiale s’impose, note le groupe de scientifiques qui vient de publier un article dans Nature sur l’approvisionnement mondial en minéraux et en métaux. «Une hausse de 20% des énergies renouvelables est prévue. Cela implique la construction d’éoliennes et de panneaux solaires, lesquels ont besoin d’une vaste gamme de métaux, souligne Nicholas Arndt, géologue à ISTerre/OSUG, l’Institut des sciences de la Terre (OSUG-UGA/CNRS/USMB/IRD/IFSTTAR), et l’un des co-auteurs de l’article. Nous avons fait une évaluation des métaux présents dans la croûte terrestre : les ressources existent en énorme quantité, mais il va falloir développer les technologies pour trouver des nouveaux gisements et les exploiter.» 

Le groupe de chercheurs a présenté, par l’analyse d’un ensemble complet de données et de prévisions de la demande, une perspective multidisciplinaire de la meilleure façon d’assurer une continuité écologiquement viable de l’approvisionnement mondial en métaux au cours des prochaines décennies. Olivier Vidal, également co-auteur de l’article et chercheur à ISTerre, a montré que le recyclage des métaux et l’amélioration technologique vont contribuer à soutenir l’offre. Cependant, les chercheurs sont convaincus que l’exploitation minière doit se poursuivre et même s’intensifier afin d’assurer la disponibilité de ces métaux pour l’industrie.

«Si la croissance de la population ralentit en 2060, on peut imaginer une stabilisation de la demande. Alors, la pression sur les ressources en matières premières va baisser et le recyclage pourra prendre le relais. Mais cela ne peut pas être une solution immédiate, car il va falloir attendre une trentaine d’années pour que les métaux recyclés soient disponibles en quantité suffisante. En attendant, nous devons trouver de nouveaux gisements et améliorer les techniques d’extraction», ajoute Nicholas Arndt. Les scientifiques appellent à ce que de nouvelles procédures au sein des structures institutionnelles existantes soient mises en place pour imposer un approvisionnement responsable des ressources minérales, surveiller les trajectoires d’exploration minérale et les pratiques environnementales et sensibiliser les consommateurs aux impacts de la production et de la consommation des ressources.


Estimation de la production future de cuivre, à partir de sources primaires et recyclées. / Crédits: O. Vidal et N. Arndt, 2017


Dépenses pour l'exploration minière au cours des 40 dernières années et prédiction pour l'avenir. Après le ralentissement au cours des cinq dernières années, de nouveaux investissements sont nécessaires pour trouver les gisements nécessaires aux générations futures. / Crédits : R. Schodde MinEx Consulting, mars 2017, à partir des données d'ABS, de NRCan, MLR (Chine), OCDE et SNL Metals & Mining.

Source(s): 

Saleem H. Ali, Damien Giurco, Nicholas Arndt, Edmund Nickless, Graham Brown, Alecos Demetriades, Ray Durrheim, Maria Amélia Enriquez, Judith Kinnaird, Anna Littleboy, Lawrence D. Meinert, Roland Oberhänsli, Janet Salem, Richard Schodde, Gabi Schneider, Olivier Vidal & Natalia Yakovleva. Mineral supply for sustainable development requires resource governance, Nature, Mars 2017


Contact(s):
  • Nicholas Arndt, ISTerre/OSUG
    nicholas [dot] arndt [at] univ-grenoble-alpes [dot] fr, 04 76 63 52 00
  • Olivier Vidal, ISTerre/OSUG
    Olivier [dot] Vidal [at] ujf-grenoble [dot] fr, 04 76 63 59 24

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.