Mawrth Vallis et Oxia Planum : deux sites martiens choisis par l'ESA pour l'atterrissage du rover Exomars 2020

Jeudi, 30 mars 2017

Deux sites martiens ayant enregistré une abondante activité aqueuse très tôt dans l'histoire de Mars ont été recommandés comme sites d'atterrissage finaux pour le rover européen ExoMars (2020). L'activité aqueuse des ces deux sites a été documentée notamment grâce aux données de l'instrument français OMEGA à bord du satellite européen Mars Express.  

L'agence spatiale européenne (ESA) a annoncé mardi 28 mars 2017, les deux sites d'atterrissage finaux considérés pour la mission robotisée Exomars 2020. Il s'agit des sites de Mawrth Vallis et Oxia Planum. Ces deux sites ont été découverts grâce aux données du spectro-imageur OMEGA (Instrument à bord de la sonde européenne MarsExpress) et se situent tous deux sur la marge d’un ancien basin, Chryse Planitia.  Les deux sites présentent d’épais dépôts argileux anciens datant de plus de 4 milliards d'années. Ces dépôts argileux ont été observés en de nombreux endroits tout aussi anciens de la planète, laissant à penser qu'ils témoignent d'un processus de formation aqueux à l’échelle planétaire. D'après l'organisation des ces dépôts et leur composition, ils pourraient correspondre à des dépôts palustres et à d'anciens sols lessivés. Ces dépôts ont donc enregistré les conditions climatiques et géochimiques ancestrales de Mars, datant d’une ère jusqu'à lors inexplorée  par des missions martiennes in situ.

Les deux sites d'atterrissage ont été présentés à l'ESA par deux équipes françaises de l'Institut d’Astrophysique Spatiale (CNRS/Université Paris Sud/CNES) et du Laboratoire de géologie de Lyon (CNRS/ENS Lyon/Université Claude Bernard) qui ont caractérisé les sites en combinant toutes les données orbitales disponibles. Ce travail a été réalisé en partie grâce au service d'observation PSuP, Portail de Surfaces Planétaires, qui permet le traitement et la diffusion massive de données orbitales.

Le rover Exomars prévu pour décoller en 2020 est doté d’une capacité de forage de 2 m, ce qui permettra pour la première fois de récolter des échantillons martiens non exposés au bombardement cosmique délétère pour la matière organique.

Ce rover embarquera plusieurs instruments fabriqués dans des laboratoires français : le radar à pénétration de sol WISDOM qui proposera une imagerie des premiers mètres du sous-sol et guidera la localisation du forage ;
MicrOmega, un microscope hyperspectral proche-infrarouge qui donnera, à l'échelle microscopique, la caractérisation minéralogique et l'identification de phases carbonées des échantillons prélevés par le forage et
MOMA, disposant d'un chromatographe en phase gazeuse, pour la caractérisation de la matière organique.

 
Figure 1: Vue en 3D de la marge Sud-Est de Chryse planitia (Mars) où se situent les deux sites d'atterrissage considérés pour ExoMars2020 : Marwth Vallis et Oxia Planum. Le fond est une carte d'altitude et en rouge sont cartographiées les argiles très anciennes, principale cible scientifique du future rover.

Contact(s):
  • François Poulet, I.A.S Orsay
    francois [dot] poulet [at] ias [dot] u-psud [dot] fr, 01 69 85 85 82
  • Cathy Quantin-Nataf, LGL-TPE (Université Lyon1, CNRS/INSU)
    cathy [dot] quantin [at] univ-lyon1 [dot] fr, 04 72 72 85 14
  • John Carter, IAS : Institut d'astrophysique spatiale (Université Paris-Sud/CNRS), Orsay
    john [dot] carter [at] ias [dot] u-psud [dot] fr, 01 69 85 85 00

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.