Le projet international SKA : participation de la France à l’optimisation de la Phase 1 (SKA1)

Mercredi, 24 mai 2017

L’Organisation SKA (SKAO) a réuni la semaine dernière les chercheurs responsables des groupes de travail pour la préparation scientifique du Square Kilometre Array (SKA) au sein du "SKA Town Hall Meeting". Celui-ci s’est tenu en Angleterre les 18 et 19 mai 2017, et a regroupé 70 participants, ainsi que des scientifiques connectés en videoconférence dans le monde entier. L’objectif de cette conférence était de discuter conjointement les choix technologiques et le retour scientifique attendu pour optimiser le coût de la Phase 1 du projet (SKA1), dont le lancement de la construction est prévu en 2019. La communauté française est aujourd’hui fortement impliquée dans cette phase cruciale du projet.
 

Présentation de Square Kilometre Array, SKA 

Le concept du Square Kilometre Array (SKA) a été imaginé il y a 25 ans pour ouvrir l’observation radio métrique et décimétrique à de vastes domaines de l’astrophysique, de la cosmologie et de la physique fondamentale. Le projet, promu Landmark de la feuille de route ESFRI en 2016, est actuellement soutenu par dix pays membres, répartis sur cinq continents. Au niveau européen, au-delà des quatre pays déjà membres aujourd’hui (Angleterre, Pays-Bas, Italie, Suède), plusieurs autres pays participent aux activités de conception de l’instrument, dont la France. 

Le SKA sera un instrument gigantesque composé d'un réseau de radiotélescopes formant, dans les phases finales du projet, l'équivalent d'une surface collectrice d'un kilomètre carré. Les progrès technologiques permettent aujourd’hui d’envisager la construction entre 2019 et 2024 de la première phase de cet instrument colossal (SKA1, environ 10% du projet final) sur deux sites isolés (électromagnétiquement "propres"), l'un pour les basses fréquences (50-350 MHz) dans le désert de l'ouest Australien et l'autre pour les fréquences plus élevées (350-15.3 GHz) dans le désert du Karoo en Afrique du Sud. 

Déjà  dans sa phase initiale, SKA1 aura une puissance d’imagerie du ciel profond (“survey speed”) plus de 100 fois supérieure à celle des radiotélescopes existants. Il permettra d'apporter des éléments de réponse aux grandes questions que l'on se pose sur l'Univers, de la recherche d'exoplanètes, jusqu'aux tests des théories de la gravitation et du processus de formation des premières structures de l’Univers à partir du gaz d’hydrogène neutre primordial. 


SKA Low Frequency Aperture Array, Australia. Crédits : SKA


SKA-Mid Africa Widefield. Crédits : SKA

 

Participation de la France au projet international SKA

La France, cofondatrice des premières étapes de SKA et aujourd’hui pays observateur au conseil d’administration du SKA, participe activement à la préparation scientifique et technologique de SKA1. 

Des équipes françaises sont officiellement impliquées dans 5 des 11 consortiums qui développent le SKA, dont Mid-Frequency Aperture Array, Wideband Single Pixel Feed, Low-Frequency Aperture Array, Science Data Processor et DISH. Tous les groupes scientifiques mis en place par l’Organisation SKA pour optimiser la conception du projet voient la participation d’au moins un chercheur français, avec, entre autres, un rôle de leadership français pour le groupe "Extragalactic spectral lines" et pour le "Science Assessment Team « Impact of SKA-Low antenna frequency coverage".

Au-delà du noyau dur des chercheurs et des ingénieurs déjà fortement impliqués dans SKA, aujourd’hui la communauté française montre un intérêt très large pour le projet, avec la participation d’environ 150 co-auteurs à la rédaction en cours d’un « Livre Blanc » de la contribution française à SKA. Le Livre Blanc sera publié à l’automne 2017.

Suivant la recommandation du séminaire de prospective de l'INSU à Hyères fin 2014 et sur la base de l’indéniable intérêt scientifique et technologique de SKA, le CNRS-INSU, avec l'appui des Établissements (Observatoires et Universités) directement concernés, a mis en place en 2016 une coordination « SKA-France » des implications tant scientifiques, technologiques qu'industrielles des différents acteurs nationaux. D’autres établissements pourront être invités à rejoindre l’initiative.  

La mise en place d'une coordination SKA-France en configuration projet est conçue pour compléter le travail d’animation scientifique confié à l’Action Spécifique SKA-LOFAR en structurant les actions suivantes : 

coordination et préparation du positionnement des contributions françaises au sein du projet international avant la phase de construction

partage d’information technique, stratégique, et politique 

 

Publications de SKA-FRANCE

Tous les mois les équipes de coordination de SKA-France diffusent un bulletin d'information. Retrouvez le dernier numéro de mai 2017.

 

SKA en images

La bande-annonce du projet SKA "Discovering The Unknown" a remporté en 2016 le prix européen d'excellence en relations publiques (European Excellence Award in Public Relations) dans la catégorie "Corporate Film & Video". Grâce à la collaboration entre SKAO, CNRS / INSU et SKA-France, le film est maintenant disponible avec des sous-titres en français. 

 

Contact(s):
  • Chiara Ferrari, Observatoire de la Cote d Azur
    chiara [dot] ferrari [at] oca [dot] eu, 04 92 00 30 28