Organisations internationales (OI), Très grandes infrastructures de recherche (TGIR), Infrastructures de recherche (IR)

L'INSU est impliqué dans ces Organisations internationales (OI), Très grandes infrastructures de recherche (TGIR) et Infrastructures de recherche (IR) :

Organisations internationales (OI)

L’ESO – l’Observatoire Européen Austral – est la première organisation intergouvernementale pour l’astronomie en Europe et l’observatoire astronomique le plus productif au monde. L’ESO met à la disposition des astronomes des installations scientifiques à la pointe du progrès. Il est soutenu par l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. D’autres pays ont exprimé leur volonté de se joindre à l’ESO.

 

Très grandes infrastructures de recherche (TGIR)

Référent : INSU-CNRS
L'observatoire du TCFH abrite un télescope de 3,6 mètres de diamètre optique et infrarouge de classe mondiale. La mission du TCFH est d'offrir à sa communauté un télescope polyvalent disposant d'une instrumentation de premier ordre répondant aux besoins scientifiques de ses utilisateurs.
Référent : INSU-CNRS
L'IODP est un programme international de forages océaniques.Les organismes de recherche de la quinzaine de pays européens ayant participé au programme international ODP ont décidé de rejoindre IODP sous la forme d'un consortium unique, ECORD, pour accroître la visibilité européenne. Cette ...
Référent : IN2P3-CNRS
Le détecteur d'ondes gravitationnelles Virgo est essentiellement un interféromètre laser de Michelson constitué de deux bras orthogonaux de trois kilomètres de longueur. La lumière voyage plusieurs fois entre deux miroirs situés aux bouts de chaque bras, avant de se combiner avec la lumière en ...
Euro - Argo est la contribution européenne au programme Argo, un système d'observation des océans qui fournit des données temps réel utiles en recherche notamment sur le climat, la météo, et l'océanographie.
Référents : Ifremer, INSU-CNRS, IPEV, IRD
Les moyens navals de recherche océanographique français du CNRS, de l'Ifremer, de l'IPEV et de l'IRD composent depuis 2008 la Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) Flotte océanographique française.
Référent : INSU-CNRS
L’IRAM est un institut international de recherche en radioastronomie millimétrique qui se consacre à l’exploration de l’univers ainsi qu’à l’étude de ses origines et de son évolution.

 

Infrastructures de recherche (IR)

Référent : INSU-CNRS
Le CDS collecte et distribue dans le monde entier de données astronomiques, notamment SIMBAD, la base de référence pour l'identification d'objets astronomiques, VizieR, la collection de référence de catalogues et de tables publiées dans les journaux, et l'atlas du ciel Aladin.
Référent : Ifremer
EMSO (European Multidiciplinary Subsea Observatory) est un réseau européen d’observatoires sous-marins pour l’environnement. Le réseau comprend 11 sites observatoires distincts sur le pourtour européen, à des stades divers d’installation.
Référent : CNRS
L'ESRF, centre de recherche européen associant dix-sept pays, est la source de lumière synchrotron la plus puissante d'Europe.
Référent : IN2P3-CNRS
HESS (High Energy Stereoscopic System) est un réseau de télescopes à imagerie Tcherenkov atmosphérique pour l'étude des rayons gamma entre 100 Giga-électron-volt et quelques tera-électron-volt. L'acronyme a été choisi en l'honneur de Victor Hess, qui a découvert l'existence des rayons cosmiques.
Référent : INSU-CNRS
IAGOS vise à mettre en place, en collaboration avec des compagnies aériennes, un réseau d'une vingtaine d'avions de ligne équipés d'une instrumentation entièrement automatique dédiée à la collecte d'observations de la composition de l'atmosphère et de la surveillance du climat.
Référent : INSU-CNRS
ICOS fournit les observations long terme nécessaires à la compréhension de l'état actuel et à prédire les comportement futurs du climat, du cycle global du carbone et des émissions de gaz à effet de serre.
Référent : INSU-CNRS
Comme exposée dans sa convention, la mission de l'ESO consiste à fournir aux astronomes européens des installations de pointe ainsi qu'à promouvoir et à améliorer la coopération en astronomie. Actuellement, l'ESO gère plusieurs observatoires, parmi les plus grands et les plus avancés au monde.
Référent : IN2P3-CNRS
KM3 est un projet de télescope à neutrino qui s’appuiera sur l’expérience ANTARES. Le télescope sera lié à un observatoire sous-marin multidisciplinaire dans le cadre d’EMSO. Le CNRS participe à la R&D sur la production des lignes de détection et à la production du réseau de connexion.
Référent : IN2P3-CNRS
Le LSST est un projet de télescope grand champ de 8 mètres dont l’objectif est d’effectuer un relevé complet du ciel en 6 couleurs. Il prendra des images de chaque point du ciel de 15 secondes chacune. Le CNRS participe à la R&D sur ce projet, initié par les Etats-Unis.
Référent : INSU-CNRS
RESIF est un grand projet d'équipement instrumental, sélectionné comme 'Très Grande Infrastructure de Recherche » par le Ministère de la recherche. RESIF est également une contribution importante au projet européen EPOS (European Plate Observing System, voir aussi EPOS-France), actuellement en ...