© ESO/ATOMIUM (Decin et al. 2020)

Des vents stellaires observés avec une précision sans précédent

Résultat scientifique Univers

Les étoiles comme notre Soleil, dans leur stade avancé d’évolution, se dilatent et se refroidissent pour finalement devenir des géantes rouges, puis des nébuleuses planétaires. Elles produisent des vents stellaires, des flots de particules que l'étoile expulse, ce qui leur fait perdre de la masse. Jusqu’alors, ces vents étaient supposés sphériques, comme les étoiles qu'ils entourent, alors que leurs descendantes, les nébuleuses planétaires, présentent une extraordinaire variété de formes et de couleurs.

Afin de tester cette hypothèse, la collaboration internationale d’astronomes ATOMIUM a réalisé une étude basée sur l'ensemble le plus important et le plus détaillé à ce jour d'observations de vents stellaires autour d’étoiles géantes froides évoluées. Celles-ci ont été effectuées grâce à l’interféromètre ALMA au Chili, et l’étude a été soutenue par le Programme national de physique stellaire du CNRS. Résultat de l’étude : les vents stellaires ne sont pas sphériques mais ont des formes assez similaires à celles des nébuleuses planétaires. Ceci implique que le même processus façonne à la fois les vents des étoiles géantes froides évoluées et les nébuleuses planétaires. Les astronomes ont également démontré que des étoiles de faible masse, ou même des planètes massives à proximité de l'étoile mourante, sont à l'origine des différentes formes observées.

Cette étude permet d’imaginer à quoi pourrait ressembler le Soleil lorsqu'il mourra dans 7 milliards d'années. Jupiter ou Saturne - de par leur grande masse - vont déterminer la forme au cœur de laquelle le Soleil passera ses derniers millénaires. Spirale ? Papillon ? Laquelle des formes envoûtantes des nébuleuses planétaires sera créée ?

Galerie de vents stellaires autour d’étoiles géantes froides évoluées, observés par le projet ALMA ATOMIUM (fausses couleurs). L’étoile centrale (et son compagnon) sont à l’intérieur de la tache blanche centrale. © ESO/ATOMIUM (Decin et al. 2020)

En savoir plus

(Sub)stellar companions shape the winds of evolved stars – Science, 18 sep. 202

L. Decin, M. Montargès, A. M. S. Richards, C. A. Gottlieb, W. Homan, I. McDonald, I. El Mellah et al.

http://doi.org/10.1126/science.abb1229

Contact

Fabrice Herpin
LAB
Eric Lagadec
Laboratoire Lagrange
Ka Tat Wong
IRAM