L'eau sur Mars

Lundi, 2 février 2009

Les traces des volcans géants témoignent d’une forte activité interne de Mars. Des structures fluviatiles et des vallées de débâcle, aujourd’hui asséchées, semblent  traduire un ancien cycle de l’eau qui pourrait peut-être être comparé à celui de la Terre. Les calottes des pôles nord et sud sont constituées de glaciers d’eau recouverts d’un mince film de glace carbonique. Des éléments qui posent de multiples questions qui sont importantes dans le cadre d’une planétologie comparée.

  • Y-a-t-il eu dans le passé de Mars stabilité de l’eau liquide pendant de longues périodes ?
  • Quand, comment et pourquoi les évolutions de Mars et de la Terre ont-elles divergé ?

Image d'une structure de cratère appelée "le Sablier" prise par la sonde Mars Express de l'ESA . On peut voir des restes de traces d’écoulements provenant des montagnes vers le premier cratère à gauche, puis s’écoulant vers le second en contrebas.
© ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum).

En haut, à droite : cartes des glaces de CO2 et de H2O au pôle sud de Mars réalisées avec le spectromètre imageur OMEGA embarqué à bord de Mars Express. A gauche absorption de CO2 (bleu : fort CO2; marron : sans). A droite la signature de glace H2O avec le même codage. La comparaison montre que l’extension de la glace d’eau est plus importante que la glace de dioxyde de carbone.
© Mars Express / OMEGA. IAS. LESIA. ESA.

En bas, à gauche : détection au pôle nord de gypse par le même instrument OMEGA. En bleu les glaces du pôle nord, et en rouge les sulfates (gypse) qui constituent des dunes sombres.
© Mars Express / OMEGA. IAS. LESIA. ESA.