MOOSE (Mediterranean ocean observing system on environment)

Campagne océanographique

Dimanche, 29 mai 2011 - Samedi, 2 juillet 2011

Contexte et objectifs

Le bassin méditerranéen pris dans son ensemble, i.e. incluant ses mers et ses surfaces continentales adjacentes, subit des pressions anthropiques croissantes et est considéré comme un des « hot spot » du changement climatique (réchauffement et assèchement). Il est aujourd’hui devenu un environnement menacé tant du point de vue de ses équilibres écologiques que de ses ressources exploitables et des systèmes hydriques qui le font vivre.
Ainsi, des données récentes montrent que la mer Méditerranée subit de plein fouet l’impact du changement climatique, qu’il soit direct (réchauffement des eaux profondes et de surface, augmentation de la salinité…) ou indirect (diminution d’apports d’eau douce par les fleuves, changement de régimes des vents, modification du rayonnement à travers l’atmosphère…). D’autres données permettent également depuis peu de caractériser les pressions anthropiques dans de nombreux domaines (pollution, population en zone littorale, transport maritime, gestion des pêches…), voire de définir des scénarios d’évolution fiables de la croissance de ces pressions.
Cependant, en dépit des efforts de recherche intensifs entrepris dans toute la zone méditerranéenne lato sensu depuis plus d’un siècle, une vision intégrée du fonctionnement de ce bassin fait toujours défaut, rendant impossible toute prévision fiable de son évolution globale et donc des mesures à préconiser pour résoudre les problèmes de gestion durable que cette évolution soulèvera.
Dans le domaine marin, cette situation est largement due au manque de coordination et au caractère non pérenne des systèmes d’observation mis en place au cours des dix dernières années, lesquels ne permettent qu’une analyse fragmentée, tant dans le temps et l’espace qu’au niveau des paramètres mesurés.

L’objectif de MOOSE est le suivi des masses d’eau, de la circulation thermohaline et des flux de matière en Méditerranée Nord occidentale. Pour ce faire, MOOSE va notamment s’employer à mettre en réseau les moyens d’observation existants afin de réaliser un ensemble de mesures cohérentes et homogènes.
Dans ce contexte, seront mises en œuvre des opérations continentales de suivi des apports des fleuves (caractérisation chimique des eaux) et de suivi des dépôts atmosphériques (caractérisation chimique des particules), ainsi que différents types de mesures en mer :

  • un suivi temporel haute fréquence des caractéristiques physiques des eaux (température, salinité et courants) à l’aide de cinq lignes de mouillage profondes (ancrées sur le fond marin aux sites de Dyfamed, MOLA, Planier et Antares) ;
  • un suivi mensuel sur trois sites (Dyfamed MOLA et Antares) de la structure hydrologique des eaux (caractérisation physique, chimique et biologique de l’ensemble de la colonne d’eau) ;
  • des radiales réalisées à l’aide de gliders (mesures de température, salinité, oxygène, fluorescence chlorophyllienne…).

Enfin, à terme, la mise à l’eau de flotteurs BioArgo est également prévue. Ces instruments qui dérivent au gré des courants mesureront les mêmes paramètres que les gliders.


Sites et opérations MOOSE, positionnés sur une carte de navigation du SHOM.

Mouillages (points rouges) du réseau de mouillages MOOSE en Méditerranée Nord occidentale (représentés sur une image Seawifs) : mouillages courts [canyon Lacaze Duthiers (CLD), canal du Planier (CPL), Antares] et mouillages longs (42N5E, Hydrochanges et Dyfamed). © LOCEAN

Les lignes de mouillage profondes constituent le socle de l’observation de MOOSE. Déjà en place depuis 2 à 10 ans selon les sites, elles permettent notamment d’observer en continu l’océan profond, très peu étudié dans cette région de la Méditerranée, mais devrait aussi permettre de suivre l'évolution des différentes masses d'eau présentes sur tous les sites à différentes profondeurs, à savoir les eaux de surface d’origine atlantique (AW - Atlantic water ) (<100m), les eaux intermédiaires d’origine levantine (LIW - Levantine intermediate water) (~ 200-300m), les eaux profondes ouest méditerranéenne (WMDW - West Mediterranean Deep Water) (1400m) et les eaux de fond (Bottom Water).


Réseau des stations de mesure effectuées durant la campagne de maintenance des mouillages. Chaque année, une campagne de maintenance et de récupération des données de ces lignes de mouillage est réalisée. Depuis peu, de nombreuses stations de mesure sont effectuées durant ces campagnes, des stations qui forment un réseau dense en étoile, centré sur la zone de convection profonde et allant du Golfe du Lion à la mer Ligure. Cela permet de compléter le suivi temporel des caractéristiques hydrologiques aux points fixes par un suivi de leur évolution spatiale à l'échelle régionale (de la surface jusqu'au fond). Ce suivi spatial est essentiel à la calibration de tous les capteurs déployés et surtout au suivi correct sur une base annuelle de l'évolution des masses d'eaux en relation avec la dynamique du Gyre Nord, c'est-à-dire du système composé par le courant Nord et sa recirculation au sud (courant Nord-Baléares + courant Ouest-Corse).

Dates et lieux

La campagne de maintenance des lignes de mouillages se déroulera cette année avec le navire océanographique Téthys du 29 mai au 2 juillet 2011 en Méditerranée Nord occidentale.

Soutiens

Le programme MOOSE est soutenu financièrement par le SOERE MOOSE, l’INSU et la Région PACA. Il bénéficie également des soutiens logistiques de la DT-INSU, d’Ifremer et de Météo France.

Partenaires

Les partenaires de MOOSE sont : CNRS/INSU, Météo-France, Ifremer et IRSN.

Laboratoires français impliqués

LOV/OOV (Villefranche-sur-Mer), ENSTA (Paris), LOCEAN/IPSL (Paris), LOMIC/OOB (Banyuls), LOPB/COM, LMGEM/COM (Marseille), CEFREM (Perpignan), LSEET (Toulon)

Contact(s):
  • Patrick Raimbault, MIO/PYTHEAS
    patrick [dot] raimbault [at] univ-amu [dot] fr, 04 91 82 91 38
  • Laurent Mortier, LOCEAN/IPSL
    mortier [at] locean-ipsl [dot] upmc [dot] fr, 01 44 27 72 75