Rosetta s'est réveillée !

Lundi, 20 janvier 2014

Un chapitre de l’odyssée de la sonde spatiale Rosetta dans l’espace lointain trouve un épilogue heureux après une attente éprouvante : plongée dans le sommeil depuis 31 mois, la sonde vient ce soir de reprendre contact avec l’ESA.Rosetta sera la première mission spatiale à réaliser un rendez-vous avec une comète, à tenter de poser un atterrisseur à sa surface puis à la suivre lorsqu’elle s’approchera du Soleil. Sa cible est la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Depuis son lancement en 2004, Rosetta a survolé trois fois la Terre et une fois Mars afin de bénéficier d’une assistance gravitationnelle lui permettant d’atteindre son objectif, et s’est approchée sur son trajet des astéroïdes Steins et Lutetia.

Rosetta, qui fonctionne uniquement à l’énergie solaire, a été placée dans un sommeil profond en juin 2011, alors qu’elle se dirigeait au-delà de l’orbite de Jupiter, à près de 800 millions de kilomètres du Soleil qui alimentait jusque-là ses panneaux solaires.

Elle est depuis revenue à « seulement » 673 millions de kilomètres de notre astre, ce qui est suffisamment proche pour qu’elle puisse de nouveau bénéficier de son rayonnement.

Aujourd’hui, alors qu’il reste à Rosetta environ 9 millions de kilomètres à parcourir pour atteindre la comète, son réveil interne pré-programmé l’a tirée de son sommeil. Une fois ses principaux instruments de navigation réactivés, sa mise en rotation destinée à la stabiliser s’est arrêtée et la sonde a pointé son antenne principale vers la Terre pour faire savoir aux responsables de la mission qu’elle avait survécu à son épopée dans l’espace lointain.

Ce signal a été reçu par la station sol de Goldstone (Californie) de la NASA à 18h18 TU, la sonde ayant tiré parti de la première occasion qui lui était offerte de communiquer avec la Terre. Ce signal a été immédiatement confirmé par le Centre européen d'opérations spatiales de l’ESA à Darmstadt et le réveil de la sonde a été annoncé ainsi sur le compte Twitter @ESA_Rosetta : "Salut, le monde!"


Vue d'artiste de Rosetta. Crédits : ESA

Au niveau français, c’est la CNES qui coordonne les activités liées à Rosetta. Que ce soit pour les instruments de l’orbiteur ou de l’atterrisseur, Philae, ce sont pas moins de 9 laboratoires du CNRS et des universités, situés sur tout le territoire national, qui participent à la mission :

  • LPC2E - OSU (CNRS/Université d’Orléans)
  • LAM - OSU Institut Pythéas (CNRS/Aix-Marseille Université)
  • IAS (CNRS/Université Paris Sud)
  • LERMA (Observatoire de Paris/CNRS/ENS/UPMC/Université Cergy Pontoise)
  • LESIA (Observatoire de Paris/CNRS/UPMC/Université Paris Diderot)
  • LISA (CNRS/Université Paris Diderot/Université Paris Est Créteil)
  • LATMOS - OVSQ (CNRS/UPMC/Université Versailles Saint Quentin)
  • IRAP - OMP (CNRS/Université Paul Sabatier Toulouse III)
  • IPAG - OSUG (CNRS/Université Joseph Fourier)

 


 

Après le réveil de la sonde, d'autres étapes cruciales attendent Rosetta en 2014 :

  • réveils successifs et check-up des différents instruments embarqués : février-mars
  • activation de l’atterrisseur Philae : 28 mars
  • manœuvres d'approche : mai-août
  • premières images "résolues" de la comète : juillet
  • sélection du site d'atterrissage : août-octobre
  • mise en orbite de Rosetta autour du noyau de la comète : septembre
  • atterrissage de Philae sur la comète
 : novembre
  • "escorte" de la comète par Rosetta : à partir de décembre 2014
  • fin de mission : décembre 2015
Contact(s):
  • Denis Mourard, Directeur Adjoint Scientifique pour l'Astronomie et l'Astrophysique - INSU-CNRS.
    denis [dot] mourard [at] cnrs-dir [dot] fr, 01 44 96 43 77

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.