Des épisodes de sédimentation sableuse sur les côtes européennes depuis 3 000 ans

Jeudi, 23 novembre 2017

Ayant analysé des données géochronologiques, stratigraphiques et sédimentologiques, des chercheurs du laboratoire Morphodynamique continentale et côtière (M2C, Université de Caen Normandie / Université de Rouen Normandie / CNRS) et du laboratoire Littoral, Environnement et Sociétés (LIENSs, CNRS / Université de la Rochelle) ont pu établir qu’au cours des trois derniers millénaires, de la mer du Nord au détroit de Gibraltar, les sédiments sableux le long des côtes exposées avaient été déposés lors de sept événements de haute énergie. Ces dépôts auraient été préservés à la faveur de périodes au cours desquelles l'activité des tempêtes dans l’Atlantique Nord a diminué.

Les littoraux sableux représentent une part importante du linéaire côtier mondial et sont souvent densément peuplés. La morphologie des littoraux sableux évolue dans le temps selon un équilibre entre les apports sédimentaires et l’action érosive des agents météo-marins. La montée du niveau de la mer, associée à des changements dans les régimes de vents et de vagues, est susceptible de modifier leur équilibre à long terme et d’exposer les populations à un risque accru d’érosion côtière et de submersion marine.

De nombreuses publications ont mis en évidence des phases d’augmentation de la sédimentation associée à une hydrodynamique de haute énergie sur les côtes exposées de l’Europe de l’Ouest au cours des derniers millénaires. Cependant, il est souvent difficile de déterminer si ces travaux ont décrit des dépôts construits par les tempêtes ou par les vagues. Bien que ces derniers présentent le même faciès sédimentaire grossier constitué de sables et de graviers, l’interprétation paléoenvironnementale que l’on peut en faire est fondamentalement différente.

Chronologie des épisodes de sédimentation sableuse (CSP) préservés dans les pertuis charentais depuis 3000 ans. La comparaison avec les changements climatiques en Atlantique Nord montre que les CSP sont préservés à la faveur d'une diminution de l'activité des tempêtes dans l’Atlantique Nord, et surviennent lors de conditions de circulation atmosphérique spécifiques (NAO positives / EAWR négatives) Afin de clarifier ces ambiguïtés, de contribuer ainsi à mieux contraindre l’évolution des littoraux sableux européens au cours du temps, et d’identifier les facteurs climatiques impliqués, des chercheurs des laboratoires M2C et LIENSs ont compilé des datations 14C obtenues sur des formations littorales du centre-ouest de la France (pertuis charentais). L’intégration des données géochronologiques par une approche statistique robuste, complétée par des données stratigraphiques et sédimentologiques, a montré que ces dépôts se sont formés pendant 7 épisodes autour de 2650, 2420, 1240, 970, 800, 650 et 450 ans BP (before present), reflétant une augmentation synchrone de la dynamique sédimentaire induite par les vagues.

Les épisodes ont pu être associés à des événements similaires enregistrés sur d'autres côtes exposées en Europe, depuis la mer du Nord jusqu’au détroit de Gibraltar. Cette chronologie globale à l’échelle du bassin nord-atlantique Est et mer du Nord comparée à des reconstitutions paléoclimatiques, montre que les dépôts construits par les vagues ont été préservés à la faveur d'une diminution de l'activité des tempêtes dans l’Atlantique Nord, et par conséquent de l'érosion côtière, entre 2700 et 2000 ans BP et entre 1200 et 600 ans BP. Dans ce contexte général, les 7 épisodes se sont produits lors de conditions NAO positives ou EAWR négatives. Ces deux modes de circulation atmosphérique (North Atlantic Oscillation, East Atlantic West Russia) sont reconnus pour induire des vagues plus hautes le long des côtes françaises, et donc un transport accru des grains de sable.

Les résultats montrent donc qu'à l'échelle des 3000 dernières années, l'édification des côtes sableuses est optimale grâce à :

  • l’action de vagues énergétiques résultant de vents d'ouest soutenus dans l'Atlantique Nord ;
  • et la préservation des dépôts autorisée par une diminution de l’intensité ou de la fréquence des tempêtes les plus érosives.

Ces périodes de construction et de préservation s'opposent à celles pendant lesquelles domine l'action de fortes houles de tempête (classiquement appelées dans la littérature "événements de Bond") qui conduisent à des processus de destruction des littoraux et de redistribution des stocks sableux.

Source(s): 

Clément Poirier, Bernadette Tessier, Eric Chaumillon (2017) Climate control on late Holocene high-energy sedimentation along coasts of the northeastern Atlantic Ocean. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 485, 784–797. DOI : 10.1016/j.palaeo.2017.07.037

Contact(s):
  • Bernadette Tessier, M2C
    bernadette [dot] tessier [at] unicaen [dot] fr, 02 31 56 57 50

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.