Anne-Marie Lagrange, lauréate du Prix Jean Ricard 2017

Mardi, 20 février 2018

Crédits : SFP Anne-Marie Lagrange, astrophysicienne, directrice de recherche CNRS, travaille à l'Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble, (Université de Grenoble Alpes/CNRS), dans le domaine émergent des exoplanètes.

C'est en 1995 que la première exoplanète fut découverte, par des techniques indirectes. Apres avoir travaillé dans les années 80-90 sur les exocomètes et sur les disques résidus de la formation planétaire, Anne-Marie Lagrange contribua à amener l'imagerie directe des exoplanètes au centre de l'attention astronomique et à placer la communauté française en position de leader sur cette thématique très compétitive. Cette technique, extrêmement complexe, pousse les développements instrumentaux vers des défis de plus en plus impressionnants. Nous pouvons notamment citer l'instrument NACO et plus récemment l'instrument SPHERE au VLT/ESO qui, grâce aux techniques d'optique adaptative extrêmes, et à la coronographie, permet d'isoler la faible lueur de l'exoplanète juste à côté du phare que constitue l'étoile hôte.

Anne-Marie Lagrange a été a l'origine de SPHERE et pilote des programmes internationaux de découvertes de nouveaux mondes avec des résultats de portée mondiale. Les travaux d'Anne-Marie Lagrange sur Beta Pictoris notamment, caractérisation de son disque et de la planète orbitant en son sein, ont eu des répercussions fondamentales sur la compréhension de l'évolution des systèmes planétaires jeunes.

Le jury des Grands Prix est heureux de décerner à Anne-Marie Lagrange le prix Jean Ricard 2017 pour ses travaux exceptionnels en astrophysique, particulièrement sur les exoplanètes.