La campagne océanographique Aden-Owen-Carlsberg, à la recherche du dernier point triple dans l'Océan Indien

Vendredi, 15 septembre 2006

Du 20 septembre au 10 octobre 2006 se déroulera dans le nord-ouest de l'Océan Indien la campagne océanographique AOC (Aden-Owen-Carlsberg) pour étudier le point de jonction entre les plaques Arabie, Inde et Somalie. La position précise et la configuration d'un des derniers points triples méconnus du domaine océanique seront ainsi révélées et son histoire reconstituée.

Le point triple Arabie-Inde-Somalie est apparu il y a 30 millions d'années (Ma), quand la plaque Arabie s'est individualisée. La plaque Arabie a commencé à se former par déchirure du continent africain au niveau de la Mer Rouge et du Golfe d'Aden. Cette formation s'est produite à la suite de la fermeture de l'Océan Téthys qui séparait l'Afrique de l'Eurasie.


Formée il y a 250 Ma, la Téthys a commencé à se refermer il y a environ 150 Ma par le plongement de son plancher océanique sous l'Eurasie (subduction). La fragmentation de la plaque Afrique-Arabie a été provoquée à la fois par les forces de traction générées au nord par la subduction de la Téthys sous l'Eurasie (qui conduira à la disparition quasi-complète de la Téthys), et par l'émergence dans la région des Afars d'un point chaud associé à un volcanisme intense autour de 30 Ma. Ce point chaud, qu'on suppose être un panache de matériaux chauds du manteau, remontant des très grandes profondeurs de la Terre a provoqué en réchauffant et en affaiblissant la lithosphère continentale, la concentration et la localisation des déformations au niveau de la Mer Rouge et du Golfe d'Aden. Il s'en est suivi la fragmentation du continent africain.

Entre 30 et 20 Ma, la lithosphère continentale a été progressivement étirée et amincie dans les rifts de la Mer Rouge et du Golfe d'Aden, puis elle s'est déchirée et une dorsale océanique s'est mise en place, d'abord dans le Golfe d'Aden (dorsale de Sheba), puis dans la Mer Rouge. Depuis 20 Ma, un nouvel océan s'ouvre entre l'Afrique et l'Arabie à la vitesse de 1 à 2 cm/an.

Le point triple AOC s'est donc formé il y a environ 20 Ma dans le nord-ouest de l'Océan Indien, à l'embouchure du Golfe d'Aden. Il connecte les frontières des plaques Arabie, Inde et Somalie deux à deux : la dorsale de Sheba dans le Golfe d'Aden entre les plaques Arabie et Somalie, la zone de fracture d'Owen entre les plaques Arabie et Inde, et la dorsale de Carlsberg entre les plaques Inde et Somalie. C'est pour cette raison qu'il a été baptisé point triple AOC (Aden-Owen-Carlsberg).

Où le point triple AOC est-il apparu, comment a-t-il évolué depuis 20 Ma, et où se trouve-t-il actuellement, personne n'est en mesure de répondre à ces questions avec une marge d'erreur inférieure à 300 km. Le point triple a longtemps été positionné à la jonction de la zone de fracture d'Owen avec la dorsale de Sheba et la faille transformante d'Owen (12,5°N, 58°E). Il était alors considéré comme un point triple entre deux failles transformantes et une dorsale (point triple FFR "transform Fault-transform Fault-Ridge"). Les travaux récents des chercheurs du Laboratoire de Tectonique de l'Université Pierre et Marie Curie-Paris6 (UMR du CNRS) suggèrent qu'il se trouve 300 km à l'ouest et qu'il est de type RRR ("Ridge-Ridge-Ridge"), c'est à dire qu'il est à la jonction des trois dorsales.

L'objectif de la campagne AOC est d'effectuer un relevé bathymétrique, magnétique et gravimétrique de la zone du point triple pour déterminer sa position, sa nature, et sa cinématique. Une reconstitution de l'évolution du point triple depuis le début de l'ouverture du golfe d'Aden pourra ainsi être réalisée. Elle permettra de tester le processus moteur (actif ou passif) de la déchirure lithosphérique dans le golfe d'Aden, et la stabilité des points triples sur Terre qu'ils soient entre failles transformantes ou entre dorsales.

La campagne AOC est réalisée par le laboratoire en association avec quatre organismes partenaires (Laboratoire de Géologie de Ecole Normale Supérieure (UMR CNRS), Université de Cergy-Pontoise, Université de Besançon, Institut de Physique du Globe de Paris (UMR CNRS)) et soutenue pour la logistique par le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM) et l'IFREMER. La campagne se déroulera à bord du bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré du SHOM, admis au service actif en décembre 2003.

Participants

  • Nicolas Chamot-Rooke (Laboratoire de Géologie, Ecole Normale Supérieure de Paris, UMR 8538)
  • Olivier Fabbri (Département des Sciences de la Terre, Université de Franche-Comté, Besançon)
  • Marc Fournier (chef de mission ; Laboratoire de Tectonique, Université P. et M. Curie-Paris6, UMR 7072)
  • Philippe Huchon (Laboratoire de Tectonique, Université P. et M. Curie-Paris6, UMR 7072)
  • Bertrand Maillot (Département des Sciences de la Terre, Université de Cergy-Pontoise, UMR 7072)
  • Philippe Patriat (Institut de Physique du Globe de Paris)
  • Carole Petit (Laboratoire de Tectonique, Université P. et M. Curie-Paris6, UMR 7072)
Contact(s):
  • Marc Fournier, Institut des Sciences de la Terre Paris (iSTeP)
    marc [dot] fournier [at] upmc [dot] fr, 01 44 27 52 68

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.