Virgo et Ligo unissent leurs forces pour la recherche d'ondes gravitationnelles

Mardi, 6 mars 2007

Les équipes du projet franco-italien Virgo, auquel participe le CNRS, et du projet américain Ligo viennent de signer un accord afin de rechercher en commun les ondes gravitationnelles. Ces ondes, prédites par la relativité générale, sont produites par des phénomènes astrophysiques violents dans notre galaxie et bien au-delà. Les détecteurs utilisés sont des interféromètres de plusieurs kilomètres de long installés en Louisiane et dans l'état de Washington pour Ligo et près de Pise pour Virgo.

L'accord prévoit un partage complet des données, dès que les deux détecteurs fonctionneront de manière continue. Ligo est actuellement à mi-chemin d'une période de prise de données de deux ans alors que Virgo devrait démarrer sa prise de données dans les prochains mois.

Cette mise en commun des données permettra d'augmenter les chances d'observer directement pour la première fois des ondes gravitationnelles et d'obtenir plus d'informations sur par exemple la localisation de la source. En vue de ce travail conjoint, les deux collaborations ont commencé à unir leurs activités d'analyses de données.

Ligo est financé par la National science fondation (États-Unis) ; Virgo par le CNRS (France) et l'INFN (Italie).

La reprise des actualités du site est autorisée avec la mention "Source : Actualités du CNRS-INSU" et un lien pointant sur la page correspondante.