La qualité de l’eau en agglomération parisienne, un défi de taille

Explorations Océan Atmosphère

De la source au robinet, avant d’être bue, l’eau potable que boivent les Parisiens suit tout un cheminement. Elle doit être captée, traitée, transportée, distribuée, puis après usage, restituée au milieu naturel. Ce parcours est appelé « petit cycle de l’eau ». Mais assurer à la fois l’alimentation en eau potable et la gestion des eaux usées de l’agglomération parisienne n’est pas une mince affaire ! L’essor démographique de la métropole a en effet impliqué et implique encore une évolution constante de ce cycle. 

À Paris, jusqu'en 1860, la Seine est simultanément la source principale d’eau potable et le point de rejet des eaux usées et industrielles. À partir de la restauration de la ville de Paris par Haussmann, les premiers réseaux d’eaux usées sont initiés sous l’impulsion d’Eugène Belgrand. Un réseau souterrain évacuant les eaux usées à l’aval de Paris permet désormais d’assainir les rues et d'éviter les épidémies de choléra. Avec l’essor de l’agglomération parisienne, la ressource en eau potable provient dorénavant des rivières et des eaux souterraines en amont (une zone considérée comme non polluée par les activités urbaines). Après son utilisation, elle est rejetée en aval des villes. Ce petit cycle de l’eau montre cependant rapidement des limites. Progressivement, les campagnes en amont se transforment en zones agricoles sujettes aux pollutions diffuses dues à l’utilisation d’engrais et de pesticides. Par ailleurs, en aval de Paris, de nouvelles agglomérations voient le jour au niveau des rejets parisiens. 

L’anthropisation des eaux parisiennes a généré depuis lors une pression polluante encore mal connue : antibiotiques que nous consommons, parabènes présents dans nos cosmétiques, phtalates1 diffusés depuis les matériaux urbains, biocides2 et muscs présents dans nos produits ménagers ou encore microplastiques générés par nos habitudes de vie… La diffusion de toutes ces pollutions urbaines impose de multiplier les procédés de traitement des eaux usées afin de préserver la qualité des milieux aquatiques (station d’épuration des eaux usées) et d’assurer la potabilité de l’eau au robinet (station de traitement d’eau potable). En France, pour optimiser le traitement des eaux usées, les eaux pluviales issues du ruissellement sur les chaussées ont été séparées, évitant ainsi les débordements au niveau des stations d’épuration par temps de pluie. Cependant, ces eaux pluviales entraînent vers les cours d’eau des hydrocarbures et des métaux issus du trafic automobile. Cette séparation reste par ailleurs difficilement réalisable à Paris, où il faudrait doubler les 2450 km de canalisations du réseau unitaire existant.

Dorénavant, avec l’évolution des techniques d’analyse de la composition de l’eau, une variété croissante de contaminants chimiques issus des activités humaines est détectée dans les rivières. Ces composés, présents à des concentrations de l’ordre du microgramme voire du nanogramme par litre, sont pourtant susceptibles d’avoir des effets sur l’écosystème aquatique. Si une centaine de substances permettent aujourd’hui de décrire l’état chimique des masses d’eau en France, les agences en surveillent environ 1000. On est cependant encore loin des 135 000 substances documentées par l’Agence européenne des produits chimiques.

  • 1Les phtalates correspondent à une famille de substances chimiques faisant partie des plastifiants entrant dans la composition de matériaux pour les rendre plus souples.
  • 2Les biocides sont des substances chimiques permettant de détruire des organismes "nuisibles". Ils sont utilisés comme agents désinfectants, conservateurs et antiseptiques.

Autrices et auteur

Hélène Blanchoud, maîtresse de conférence de l'École Pratique des Hautes Études à l'UMR METIS (Milieux environnementaux, transferts et interactions dans les hydrosystèmes et les sols) / Ecce Terra

Thomas Thiebault, maître de conférence de l'École Pratique des Hautes Études à l'UMR METIS (Milieux environnementaux, transferts et interactions dans les hydrosystèmes et les sols) / Ecce Terra

Elodie Guigon, maîtresse de conférence de l'École Pratique des Hautes Études à l'UMR METIS (Milieux environnementaux, transferts et interactions dans les hydrosystèmes et les sols) / Ecce Terra

Caniveau parisien © Pascal Jean LOPEZ / BOREA / MNHN / IRD / UPMC / UNICAEN / UA / CNRS Photothèque