Les réserves en carbone des tourbières ne peuvent plus être ignorées

Résultat scientifique Surfaces continentales

Si les tourbières n’occupent que 3 % de la superficie terrestre, elles contiennent environ 25 % du stock mondial de carbone organique du sol. Ces importants réservoirs de carbone proviennent du lent processus d'accumulation de matière organique dans le sol, durant des millénaires et dans des conditions de saturation en eau et d’anoxie.

Suite à leurs travaux, des scientifiques issus de 50 institutions2 l'affirment : les stocks de carbone des tourbières sont plus vulnérables qu'ils ne le pensaient. Il s’avère même que les tourbières pourraient passer d’ici à 2100 d'un fonctionnement en puits de carbone à un fonctionnement en source de carbone. Néanmoins, les estimations sont encore très incertaines : elles se situent en effet entre un gain de carbone de 103.109T et une perte de 360.109T pour le XXIe siècle et l’ensemble des tourbières du globe. Quoi qu’il en soit, les émissions annuelles de dioxyde de carbone par les tourbières dégradées représentent d’ores et déjà 5 à 10 % des émissions anthropiques annuelles mondiales de CO2.

Les causes de cette évolution sont diverses. Les grands incendies de tourbière1 peuvent libérer en quelques mois des quantités massives de carbone ayant nécessité plusieurs millénaires pour se former. Les effets du changement climatique (hausse des températures, sécheresse, dégradation du pergélisol, hausse du niveau des mers) entraînent une hausse des émissions de carbone vers l’atmosphère de nombreuses tourbières. Enfin, la destruction des zones humides causée par le changement d'usage des terres constitue également une menace critique.

Illustration montrant le recensement des feux dans le Nord-Est argentin du 18 au 24 août 2020.
Recensement des feux dans le Nord-Est argentin du 18 au 24 août 2020. On note une densité très importante des feux dans les zones humides du Rio Parana, s’étendant sur une ligne nord-sud et bifurquant vers l’est et Buenos Aires. Source : NASA Fire information for Resource management system.

En conséquence, les chercheurs estiment que la prise en compte dans les modèles climatiques globaux de la dynamique du cycle du carbone et des rétroactions des tourbières devient cruciale pour comprendre pleinement le lien tourbière-carbone-climat et améliorer les prévisions climatiques. Ils considèrent également que la préservation des zones humides planétaires est essentielle pour limiter le réchauffement climatique et nécessite l'application de politiques de protection efficaces.

  • 2. Les laboratoires français impliqués sont l’Institut franco-argentin d'études sur le climat et ses impacts (IFAECI, Université de Buenos Aires / CONICET / CNRS / IRD) et le Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement (OMP, CNRS / UPS / INP Toulouse).
  • 1. comme ceux qui se sont récemment produits en Indonésie, en Russie et en Argentine et qui ont fait la une des journaux ces dernières années

En savoir plus

Loisel J. et al. (2020). Expert assessment of future vulnerability of the global peatland carbon sink. Nature Climate Change, 7 décembre 2020. DOI: https://doi.org/10.1038/s41558-020-00944-0

Contact

Francois De Vleeschouwer
IFAECI
Laure Gandois
Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement/OMP