L’observation robotisée de l’océan : un réseau pilote BGC-Argo en Méditerranée

Résultat scientifique Océan Atmosphère

L’océanographie moderne a toujours été confrontée à la difficulté intrinsèque d’avoir à observer un environnement opaque, hostile, très vaste et extrêmement changeant. Depuis 25 ans, la robotisation de l’observation océanique in situ, avec en premier lieu l’émergence du réseau de flotteurs profileurs Argo1, a permis d’échantillonner les profondeurs océaniques avec des cadences et couvertures inégalées auparavant et ainsi de fortement améliorer la compréhension de la dynamique océanique. Plus récemment, la miniaturisation des capteurs a permis de doter ces flotteurs profileurs de capteurs de mesure de paramètres biogéochimiques de l’océan, tels que les concentrations en chlorophylle, en oxygène dissous ou en nitrate. Pour démontrer toutes leurs potentialités, ces flotteurs profileurs BGC-Argo2 ont été mis en réseau à l’échelle du bassin méditerranéen par une équipe du LOV dans le cadre du projet EQUIPEX NAOS démarré en 2011.

Depuis 10 ans, 30 flotteurs profileurs BGC-Argo ont été déployés dans l’ensemble de la mer Méditerranée, suivant une stratégie basée sur une bio-régionalisation par satellite de mesure de la couleur de l’eau. Après 7 ans de collecte des données et à l’occasion de la clôture du projet NAOS (fin 2020), un bilan exhaustif des performances de ce réseau pilote, des résultats scientifiques qu’il a engendrés et des recommandations pour son extension au niveau global a été dressé.

Ce réseau BGC-Argo NAOS a collecté plus de 5 000 profils des variables biogéochimiques clés(3). La récupération possible des flotteurs profileurs BGC-Argo a permis de maximiser l’utilisation de l’équipement, d’en accroître les performances et de fortement améliorer la qualité des données distribuées. Plus de 30 papiers scientifiques utilisant les données du réseau BGC-Argo NAOS ont été publiés.

Illustration de l'état du réseau BGC-Argo en Méditerranée (septembre 2020).
État du réseau BGC-Argo en Méditerranée (septembre 2020) avec les 5000 relevés (points blancs) : les flotteurs encore opérationnels sont indiqués en vert, les flotteurs récupérés en bleu et les flotteurs définitivement perdus rouge. © Fabrizio D’Ortenzio.


La flotte NAOS a été complétée par des déploiements BGC-Argo dans le cadre du programme national LEFE-GMMC et du programme international Argo-Italy, faisant de la Méditerranée l’un des bassins les plus instrumentés.

  • 1. Un flotteur profileur Argo (équipé des capteurs de température et de salinité) effectue des relevés océanographiques de la surface jusqu’à 2000 m de profondeur tous les 3 à 10 jours. Son cycle est complété par une dérive à une profondeur de 1000 m. Dans sa phase de remontée, les mesures par les capteurs sont effectuées en continu. Une fois en surface, les données collectées sont transmises à terre pour être distribuées 24h après leur acquisition (notamment aux centres de prévision océanique).
  • 2. Un flotteur profileur BGC-Argo est un flotteur Argo équipé de capteurs additionnels pour mesurer des paramètres biogéochimiques tels que l’éclairement à 3 longueurs d’onde, la rétrodiffusion particulaire, et les concentrations en chlorophylle, en matière organique colorée, en nitrate et en oxygène dissous.

En savoir plus

D’Ortenzio, F., Taillandier, V., Claustre, H., Prieur, L.M., Leymarie, E., Mignot, A., Poteau, A., Penkerc’h, C., Schmechtig, C.M., 2020. Biogeochemical Argo: the test case of the NAOS Mediterranean array. Frontiers in Marine Science, 2020, 7, 120.

Contact

Fabrizio D'Ortenzio
LOV/IMEV
Vincent Taillandier
LOV/IMEV