Reconstruire l’évolution du climat grâce aux carottes sédimentaires

Résultat scientifique Océan Atmosphère Surfaces continentales

Une première synthèse globale des données de retombées en 137Cs utilisées pour la datation des archives sédimentaires vient d’être publiée par les scientifiques du LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) et du laboratoire EDYTEM (CNRS-Université Savoie-Mont-Blanc-Ministère de la Culture)

Ces archives permettent de reconstruire l’évolution du climat et de l’environnement au cours du 20e siècle, une période fortement impactée par les changements socio-environnementaux. La datation de ces archives naturelles constitue la première étape de ces reconstructions paléoenvironnementales.

Cette publication s’appuie sur la synthèse des données associées à plus de 1350 séquences sédimentaires collectées à travers le monde dans les lacs, fleuves, mers et océans. Elle permettra d’améliorer et d’uniformiser la datation des carottes sédimentaires pour éviter à l’avenir les incohérences relevées dans certaines études passées. Elle identifie aussi les zones exposées aux retombées associées aux essais atmosphériques des années 1960, aux catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima ainsi qu’à 24 autres évènements locaux et régionaux ayant émis du 137Cs dans l’environnement. On peut citer par exemple, les rejets liés aux incidents de la centrale nucléaire de Sellafield au Royaume-Uni ou encore les essais nucléaires chinois.

Sites des carottes sédimentaires© LSCE

Contact

Anthony Foucher
Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE-IPSL)