Vue aérienne du polder de Gabura Union, situé dans le centre du delta du Bengale.
Vue aérienne du polder de Gabura Union, situé dans le centre du delta du Bengale. © Jamal Uddin Khan, LEGOS

Une salinisation brutale du delta du Bengale

Résultat scientifique Surfaces continentales

Le Bengale, plus vaste région deltaïque au monde, très fertile et densément peuplé, est le point de rencontre de 3 fleuves majeurs que sont le Gange, le Brahmapoutre et la Meghna. Il est ainsi un point de rencontre entre les eaux douces fluviales provenant de l'amont et l'eau saline remontant de l'océan Indien. A l'interface entre ces deux zones se situe un front de sel dont la position définit la limite aval de la zone cultivable et habitable par les populations locales. Ce front se déplace alternativement vers les terres ou vers l'océan, au gré des courants de marée, des crues annuelles de mousson et d’évènements extrêmes sporadiques. Comme de nombreux autres deltas, le Bengale est soumis à la montée du niveau de la mer qui place la salinisation au premier rang des aléas environnementaux du siècle en cours, affectant ainsi profondément les conditions socio-économiques locales.

Vue aérienne du polder de Gabura Union, situé dans le centre du delta du Bengale.
Vue aérienne du polder de Gabura Union, situé dans le centre du delta du Bengale. © Jamal Uddin Khan, LEGOS

À partir d'un jeu original de données de salinité collectées sur l'ensemble du delta, de part et d'autre de la frontière Indo-Bangladaise, les chercheurs d’une équipe internationale1 ont observé une brusque avancée du front de sel d'une vingtaine de kilomètres vers l'intérieur des terres, s'étendant sur toute la partie centrale du delta, qui est survenu subitement entre la fin 2006 et le début 2007. L'amplitude de cette avancée sans précédent est du même ordre de grandeur que celle de l’avancée attendue pour la fin du XXIe siècle en réponse à la montée prévue du niveau de la mer. Parmi les facteurs possibles de cette salinisation, trois coupables ont été identifiés : la baisse du débit du Gange, la baisse du niveau des eaux souterraines dans le delta, due au pompage anthropique des nappes phréatiques, et la montée du niveau de la mer.

Illustration scientifique
Salinité des rivières observée sur la partie centrale du delta du Bengale. Les deux lignes rouge et bleue indiquent la position de la limite amont des eaux salines, pour la période pré-2006 et post-2007. On note une progression d'une vingtaine de kilomètres du front de sel vers l'intérieur des terres.


Ce recul constitue une évolution nette, au sens où le jeu de données ne montre pas de retour à la normale jusqu'à la fin de la période couverte par les observations, en 2011. Les implications économiques et sociétales de cette salinisation, en particulier sur l'agriculture et les dynamiques migratoires dans le delta, restent à préciser.

  • 1. Cellule franco-indienne de recherches en sciences de l'eau, Bangalore, Inde ; Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS/OMP, Université Paul Sabatier / CNRS / CNES / IRD) ; INCOIS, Hyderabad, Inde ; IWFM, Dhaka, Bangladesh ; IITM, Pune, Inde ; University of Newcastle, Callaghan, Australie ; NIO, Goa, Inde

V.R. Sherin, Fabien Durand, Fabrice Papa, AKM Saiful Islam, V.V. Gopalakrishna, M. Khaki, V. Suneel, Recent salinity intrusion in the Bengal delta: Observations and possible causes. Continental Shelf Research, 2020, 104142, doi 10.1016/j.csr.2020.104142. https://doi.org/10.1016/j.csr.2020.104142

Contact

Fabien Durand
Laboratório de Geoquímica